"Le chantage de Ryanair, c’est du bluff. Ils ne vont pas abandonner Charleroi, la poule aux œufs d’or"

 La compagnie irlandaise a été contrainte de se soumettre au droit du travail belge. Un cas de jurisprudence probable pour la compagnie, mais pas uniquement celle-ci.

La cour du travail de Mons a condamné Crewlink LTD, société de recrutement pour Ryanair, à payer les primes de vols, les pécules de vacances et de sortie d’un ancien employé.
La cour du travail de Mons a condamné Crewlink LTD, société de recrutement pour Ryanair, à payer les primes de vols, les pécules de vacances et de sortie d’un ancien employé. ©Belga
Quand on travaille pour une compagnie aérienne, “la” grande question qui se pose est de savoir si l’on est soumis au droit du travail du pays où la compagnie est basée, où elle a son siège social, ou si l’on est soumis au droit...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet