Nouveau cas d'obsolescence programmée chez Apple : Test Achats interpelle l'entreprise américaine

Dans un communiqué, l'organisme Test Achats informe qu'il interpelle une nouvelle fois le géant technologique Apple pour obsolescence programmée.

placeholder
© Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Comme pour les iPhone 6 il y a quelque temps, c'est à nouveau un problème de mise à jour ralentissant les téléphones qui est dans le viseur de l'organisation de consommateurs et de certaines de ses consœurs européennes. Elles ont envoyé, le 9 juillet dernier, une lettre à Apple lui demandant d'expliquer les "manques de performance ressentis" par les utilisateurs des iPhone 12, 11, 8 series et XS après certaines mises à jour. "Il semblerait que ces mises à jour aient considérablement endommagé les iPhone des consommateurs, en entraînant une diminution de leur vitesse de traitement et une décharge plus rapide de leur batterie", dénonce l'organisation.

"Nous sommes disposés à entamer un dialogue avec Apple pour envisager la meilleure façon d'indemniser les consommateurs lésés par cette pratique", indique Julie Frère, porte-parole de Test Achats. "Cependant, en l'absence de réponse (satisfaisante), nous pourrions introduire d'autres actions judiciaires afin de faire respecter les droits des consommateurs", prévient-elle.

Une action collective pour les mêmes raisons, mais pour l'iPhone 6, avait déjà été lancée en Belgique, en Italie, en Espagne et au Portugal. Les organisations estiment qu'"il ne fait pas de doute que l'objectif d'Apple était de pousser les consommateurs à acheter un nouvel iPhone ou une nouvelle batterie". L'action suit son cours devant les tribunaux nationaux, quelque 5 000 consommateurs belges s'y sont inscrits.