La centrale de Tihange est-elle menacée par les intempéries ?

En début d’après midi, Electrabel a fait savoir que le débit de la Meuse se situait toujours sous le niveau qui nécessiterait une mise à l’arrêt des réacteurs nucléaires.

La centrale de Tihange est-elle menacée par les intempéries ?
©Belga Image

Des inondations exceptionnelles frappent la Wallonie, et la région liégeoise en particulier. Face à ces circonstances exceptionnelles, la question de la sécurisation de la centrale nucléaire de Tihange a logiquement été posée. En début d’après midi, Electrabel a fait savoir que le débit de la Meuse se situait toujours sous le niveau qui nécessiterait une mise à l’arrêt des réacteurs nucléaires. "Nous suivons le débit de la Meuse en permanence, a expliqué Anne-Sophie Hugé, porte-parole de l'exploitant nucléaire. Mais, pour le moment, les inondations n’ont pas d’impact sur la production de la centrale. Le plan d’urgence n’a pas été enclenché".

L’exploitant nucléaire a rappelé que des travaux de sécurisation des sites nucléaires avaient été effectués après la catastrophe de Fukushima. À Tihange, un mur de 2,3 mètres de haut a été construit sur 1,8 kilomètre de long afin de renforcer la protection du site contre les inondations.

Le député Samuel Cogolati (Ecolo), originaire de Huy, suit la situation de près. "Selon le site des voies hydrauliques de la Wallonie, le débit de la Meuse est monté à quasiment 1800 m³ par seconde, alors qu’on était encore à 800 m³ par seconde hier, déclare-t-il. Il y a encore de la marge, mais on se rapproche de 2500 m³ par seconde, le niveau à partir duquel le plan d’urgence est activé. Depuis les travaux de modernisation post-Fukushima, la centrale peut résister jusqu’à 2615 m³ maximum. Il faudrait communiquer ces chiffres en toute transparence et dire clairement à partir de quel débit la centrale sera arrêtée".

Du côté de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire, on confirme que le plan d’urgence interne à Electrabel doit être lancé à partir d’un niveau de 2500 m³ par seconde. "Nous ne sommes qu’à 1500 m³ par seconde, il y a encore de la marge, ajoute la porte-parole de l'AFCN. Le site de Tihange ne devrait pas être inondé. On annonce cependant une augmentation du débit de la Meuse pour demain".


Sur le même sujet