Comment la ministre de la Fonction publique veut faire de l’administration fédérale "le meilleur employeur du pays"

La ministre fédérale de la Fonction publique et des Entreprises publiques, Petra De Sutter, a pris les choses en main en allant au-delà de la durée de travail à domicile autorisée.

La ministre de la Fonction publique Petra De Sutter.
La ministre de la Fonction publique Petra De Sutter. ©Belga Image
Van Campenhout Patrick

Si la crise a révélé le potentiel du travail à distance dans les entreprises privées, le public est aussi dans la course. Ainsi, la ministre fédérale de la Fonction publique et des Entreprises publiques, Petra De Sutter (Groen), a pris les choses en main en allant même au-delà de la durée de travail à domicile autorisée, sachant qu’elle vise à faire de l’administration fédérale "le meilleur employeur du pays".

"Il faut tout de même savoir que tout le monde n’est pas concerné. Prenons l’exemple des gardiens de prison", nous explique-t-on au cabinet De Sutter. Si actuellement, le télétravail n’est plus obligatoire, il reste recommandé par le gouvernement. Mais à plus long terme, la ministre a l’intention d’arriver, pour les fonctionnaires fédéraux, à une moyenne de deux jours de télétravail par semaine, sur une base annuelle. Que cache cette "moyenne" ? 

Une plus grande flexibilité

Elle recouvre une plus grande flexibilité dans l’organisation du travail, puisqu’elle permet de travailler plus ou moins de jours à distance en fonction des missions. "Cette ambition ne sera pas imposée, mais elle sera monitorée." Selon une enquête interne de juin dernier, nous explique-t-on, 22 % des fonctionnaires interrogés ont indiqué que deux jours par semaine seraient à leurs yeux le nombre idéal de jours de télétravail, contre 39 % favorables à une durée de trois jours. L’objectif de la ministre est donc en ligne avec leurs attentes. Les petits frais annexes liés au travail à domicile - électricité, chauffage, Internet, papier, etc. - sont déjà couverts jusqu’en septembre, par une indemnité mensuelle de 40 euros par mois.

La ministre a aussi intégré des adaptations pour les fonctionnaires avec handicap, "qui se heurtent à plus d’obstacles que leurs collègues". Un budget de 500 000 euros a été débloqué par le fédéral pour les accessoires d’adaptation, comme des barrettes Braille pour leurs ordinateurs, des logiciels d’agrandissement, de sous-titrage, ainsi que du matériel de bureau adéquat. Des formations existent, ou sont prévues pour les dirigeants, pour les remettre à niveau en ce qui concerne l’usage des outils numériques. Enfin, des mesures ont été prises pour prévenir le risque de burn out, sachant que le télétravail demande un équilibre entre vie professionnelle et vie privée qui n’est pas facile à gérer pour tout le monde.

La Région wallonne se met au diapason

Ce mercredi, par ailleurs, le gouvernement de la Région wallonne a procédé à une première lecture d’un arrêté modifiant la réglementation du télétravail en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Ce texte porté par la ministre wallonne de la Fonction publique, Valérie De Bue (MR), pourrait entrer en vigueur dans le courant du premier trimestre 2022.

Ici aussi, sur une base volontaire, le temps de télétravail serait augmenté à dix jours maximum par cycle de quatre semaines pour un travailleur à temps plein, au prorata, pour les temps partiels, et à huit jours par cycle de quatre semaines pour les encadrants, selon nos informations. Une fréquence plus importante pourra être envisagée en cas de grossesse à risques, de handicap, retour après un accident ou une maladie. La souplesse serait également de mise, et le travail à domicile pourra s’effectuer par demi-jours. La condition d’ancienneté de six mois pour le télétravail pourra être levée par la hiérarchie. 

Le travail à domicile doit être fixé en accord avec la hiérarchie, avec en principe au moins un jour de présence au bureau. L’indemnité forfaitaire reste fixée à 35 euros par mois. Des formations sont prévues. Enfin, des limites sont prévues afin de garantir à tous le droit à la déconnexion.

Sur le même sujet