Un banquier de Goldman Sachs au Credit Suisse pour re-façonner la gestion des risques

David Wildermuth, recruté chez Goldman Sachs, est recruté au poste de directeur de la gestion des risques.

Un banquier de Goldman Sachs au Credit Suisse pour re-façonner la gestion des risques
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La banque Crédit Suisse, secouée par la faillite de Greensill et l'implosion du fonds américain Archegos, a annoncé mardi la nomination de David Wildermuth, recruté chez Goldman Sachs, au poste de directeur de la gestion des risques.

Ce "vétéran" du secteur bancaire, fort de "34 ans d'expérience" dans le secteur, apporte avec lui "une vaste expérience de la gestion des risques et une connaissance approfondie de l'industrie des services financiers", a mis en avant la banque dans un communiqué.

Il prendra ses fonctions à Zurich, où se trouve le siège social de la banque, au plus tard le 1er février. Il prendra la relève de Joachim Oechslin qui assure l'intérim à ce poste depuis le départ avec effet immédiat début avril de la précédente cheffe de la gestion des risques.

Il doit rejoindre le comité de direction et rapportera directement au directeur Thomas Gottstein, précise le communiqué.

"Réalignement stratégique"

Le nouveau président de Credit Suisse, António Horta-Osório, s'est félicité de cette nomination, David Wildermuth étant appelé à aider à re-façonner la gestion des risques, "une partie essentielle du réalignement stratégique de la banque actuellement en cours", a-t-il déclaré dans le communiqué.

Ce banquier Portugais, qui s'est bâti une solide réputation pour avoir redressé la banque britannique Lloyds, a repris fin avril la présidence de Credit Suisse, promettant de faire de la gestion des risques une priorité "immédiate".

En mars, Credit Suisse, le numéro deux du secteur bancaire helvétique a été secoué à quelques semaines d'intervalle par la faillite de la société financière Greensill dans laquelle 10 milliards de dollars avaient été engagés par le biais de quatre fonds, puis par l'implosion du fonds américain Archegos.

La banque doit faire le point lors de la publication jeudi de ses résultats du deuxième trimestre.

Sur le même sujet