Lufthansa voit fondre sa perte nette au deuxième trimestre : "Pour le seul mois de juin, les réservations ont été multipliées par deux"

Lufthansa prévoit pour les trois prochains mois une hausse du trafic à 50 % du niveau d'avant-crise ainsi qu'un retour aux bénéfices pour la première fois depuis mars 2020.

Lufthansa voit fondre sa perte nette au deuxième trimestre : "Pour le seul mois de juin, les réservations ont été multipliées par deux"
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

Profitant d'un fort rebond de la demande, le premier groupe européen du transport aérien Lufthansa a divisé par deux sa perte nette au deuxième trimestre et prévoit pour les trois prochains mois une hausse du trafic à 50 % du niveau d'avant-crise ainsi qu'un retour aux bénéfices pour la première fois depuis mars 2020. Entre avril et juin, l'entreprise a affiché un résultat net de - 756 millions d'euros contre - 1,5 milliard sur cette période l'année dernière, conséquence d'une "reprise nette du marché et d'une hausse des réservations et du nombre de passagers" encouragées par des "assouplissements dans les restrictions de voyage", selon un communiqué.

"Pour le seul mois de juin, les réservations ont été multipliées par deux comparé au début du trimestre", explique l'allemande Lufthansa, qui englobe aussi Austrian Airlines, Swiss et Brussels Airlines.

Conséquence également de la hausse des réservations, le groupe a dégagé un flux de trésorerie positif au deuxième trimestre, pour la première fois depuis le début de la pandémie, qui a plongé Lufthansa et le secteur dans une crise sans précédent.

Sur les trois mois écoulés, l'offre a atteint 29 % du niveau de 2019 pour 18 % des passagers.

40 % du niveau d'avant-crise

Cet indicateur phare, qui représente le nombre de sièges offerts à la réservation, adapté par la compagnie à la demande attendue, avait atteint 31 % en 2020. Il doit progresser à 50 % au 3T après 34 % en juin.

Pour l'année entière, Lufthansa s'attend toujours à une capacité représentant 40 % du niveau d'avant-crise.

Comme l'offre doit atteindre quelque 50 % pour couvrir les frais, le groupe prévoit des opérations rentables au troisième trimestre grâce à la période estivale qui était très attendue par le secteur touristique.

Il annonce ainsi un résultat opérationnel avant provisions et amortissements (EBITDA) dans le vert pour la période de juillet à septembre, contre près de - 400 millions au 2T.

Le groupe, sauvé de la faillite par l'Etat allemand, traverse une vaste restructuration qui passe par une réduction du nombre d'avions dans la flotte. 30.000 emplois sur 130.000 ont déjà été supprimés, entraînant 1,1 milliard d'euros d'économies sur 1,8 milliards visés.

Une mesure "qui fait très mal, mais qui est nécessaire pour la sauvegarde des 100.000 emplois restants", a commenté le patron, Carsten Spohr.

Sur le même sujet