Roularta va distribuer un dividende de 1 euro brut par action

Roularta a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 17,5 % par rapport aux six premiers mois de 2020.

Xavier Bouckaert, CEO du groupe de médias Roularta.
Xavier Bouckaert, CEO du groupe de médias Roularta. ©Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Roularta a enregistré un chiffre d'affaires de 141,7 millions d'euros au premier semestre, en hausse de 17,5 % par rapport aux six premiers mois de 2020, indique le groupe de médias mardi à l'occasion de la présentation de ses résultats, évoquant un semestre de "grand cru". Il se rapproche ainsi de son niveau d'avant-crise lorsque les ventes avaient rapporté 147,9 millions d'euros. Le résultat net s'élève à 8,1 millions d'euros, en progression de près de 10 millions en glissement annuel. Grâce à ces résultats et "à la position de trésorerie substantielle", le groupe prévoit de distribuer un dividende de 1 euro brut par action pour l'année en cours.

Roularta, qui détient, côté francophone, les magazines Femmes d'aujourd'hui, Gaël, Flair, Sport Magazine, Le Vif... et, avec Rossel, le quotidien L'Echo, a constaté au premier semestre que le marché des lecteurs générait désormais un chiffre d'affaires plus important (58,9 millions d'euros) que la publicité (53,1 millions d'euros), alors que c'était encore l'inverse en 2019.

"Les revenus publicitaires affichent en 2021 pourtant une hausse de 11,9 millions d'euros en raison des confinements de l'année dernière. Nous constatons encore l'effet de la crise sur les revenus publicitaires en raison de la fermeture de nombreux commerces au premier trimestre 2021", ajoute Roularta dans son communiqué.

Revenus publicitaires numériques

Ce sont principalement les revenus publicitaires numériques qui ont augmenté, de 47,8 % (contre une baisse de 23,9 % au premier semestre 2020), dépassant ainsi largement tant les prévisions que le niveau d'avant-crise, a précisé en fin de matinée le CEO de Roularta, Xavier Bouckaert. Les revenus publicitaires des magazines ont augmenté de 28,7% (contre une baisse de 25,4 % lors des six premiers mois de l'an dernier) et ceux des journaux de 2,2 % (baisse de 19,3 % l'an dernier). Ceux des publications gratuites restent en berne, avec une augmentation d'à peine 12,6 % tandis qu'ils avaient baissé de 48,8% l'année dernière sur la même période.

Le chiffre d'affaires du marché des lecteurs a augmenté de 12,4 %, principalement grâce aux nouvelles acquisitions du groupe. Sans celles-ci, la hausse serait de 1,1 %.

Les perspectives pour la suite de l'année restent positives, ont indiqué les dirigeants en conférence de presse. Ils anticipent une évolution favorable des ventes d'abonnements notamment grâce à l'abonnement "Family" et au kiosque numérique "Mes magazines". La tendance des ventes au numéro devrait, elle, demeurer en ligne avec le marché actuel. Du côté des revenus publicitaires, ils s'attendent à une "nouvelle reprise du chiffre d'affaires" pour les activités d'impression et une hausse continue pour les médias audiovisuels et les activités numériques.

Cependant, le groupe anticipe une hausse du prix des matières premières pour le segment Printing Services (après une baisse l'an dernier) ainsi que de celui des coûts des événements et voyages, en fonction des décisions qui seront prises par les autorités pour la suite de la gestion de la pandémie.

Les investisseurs ont accueilli ces résultats avec enthousiasme, le titre prenant plus de 5 % en fin de matinée sur la Bourse de Bruxelles.

Sur le même sujet