Impossibilité de zapper les publicités TV en replay : "Les consommateurs iront encore plus vers le streaming"

Une fausse bonne idée d'imposer le visionnage de la publicité, comme annoncé par Telenet ? L'association de consommateurs Test Achat, très critique, estime que cela pourrait avoir des effets contre-productifs.

Test-Achats dénonce l'obligation publicitaire envisagée par les opérateurs télécoms
© Shutterstock

Installé dans votre canapé, la télécommande en main, vous décidez de regarder un programme enregistré la veille, ou un film disponible en "replay". Vous lancez le programme et... hop, soit un spot publicitaire s'affiche dès le départ, soit vous ne pouvez plus "avancer", ou même reculer, les pauses publicitaires de vos enregistrements. Désagréable ? L'opérateur Telenet, qui a annoncé clairement cette volonté la semaine dernière, estime que c'est un passage obligé pour continuer à financer les télévisions locales, les programmes belges, et que le modèle s'impose déjà sur le web (même si cela dépend des plateformes). Certains avancent même que c'est une nécessité face à la prédominance des Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) sur le marché publicitaire en ligne.

Fausse bonne idée

Pour Test Achats, qui dénonce déjà les prix des abonnements, c'est une mauvaise idée. "Les revenus des émetteurs de télévision sont apparemment sous pression, à tel point que vous n'aurez bientôt plus le choix de zapper ou de dérouler les pages de pub en vision différée ou enregistrée. Aujourd'hui, les consommateurs belges paient déjà très cher leurs abonnements télécoms, comme le dénonce Test Achats depuis des années, et particulièrement l'abonnement de télévision. Plutôt que d'attirer les clients sur leurs programmes, cela aura pour conséquence directe que les consommateurs se dirigeront encore plus vers des canaux comme le streaming, avec une perte de revenus supplémentaires pour les opérateurs concernés", affirme l'association de consommateurs.

"Toute personne qui souhaite lancer un enregistrement sera d'abord 'obligée' de regarder des publicités. Ce nouveau modèle publicitaire est d'abord appliqué par Telenet pour les clients qui ont une nouvelle TV-box. Plus tard, en 2022, les autres clients de Telenet TV suivront et la mise à jour se fera automatiquement via le décodeur. Le client lui-même ne doit rien faire. D'autres opérateurs comme Orange, Proximus, Scarlet et VOO vont sans doute suivre et appliqueront également ce nouveau modèle publicitaire. Toutefois, ils n'ont pas encore communiqué leur calendrier", avance l'association.

Chez Proximus, notons qu'il existe déjà un modèle du genre pour le replay (programmes disponibles plusieurs jours, sans les avoir enregistrés) mais désactivable via une option payante.

D'autres solutions ?

"Une alternative pourrait être que Telenet et les autres opérateurs baissent leurs prix pour les personnes qui ne peuvent pas zapper la pub ou gardent le même prix pour celles qui ne le veulent pas", explique Jean-Philippe Ducart, porte-parole de Test Achats, qui estime que le nombre de clients de la télévision pourrait diminuer. "Chez Telenet, par exemple, vous disposez déjà d'un abonnement Netflix 4K (15,99 € par mois) et d'un abonnement Streamz (11,95 € par mois) pour quasiment le même prix que votre abonnement de télévision numérique avec décodeur inclus (27,87 € par mois)", calcule l'association, dubitative.

Sur le même sujet