Le monde de la nuit réagit aux décisions du Codeco : "C’est une déception et une vraie douche froide pour tout un secteur"

Après dix-neuf mois de fermeture, les discothèques vont être autorisées à rouvrir le 1er octobre, sous conditions.

Discotheques Pass Sanitaire,
© PHOTOPQR/LA MONTAGNE/MAXPPP

Réduites au silence depuis mars 2020 en raison de la pandémie, les boîtes de nuit belges vont pouvoir rouvrir au 1er octobre dans le cadre du plan de déconfinement annoncé hier par le gouvernement. "Pour les discothèques, nous préférons attendre le 1er octobre. Le pourcentage de jeunes vaccinés sera en effet supérieur à ce moment-là", a indiqué le Premier ministre, Alexander De Croo. Toutefois, les régions et les collectivités pourront décider elles-mêmes des modalités auxquelles la vie nocturne doit se conformer. À Bruxelles, par exemple, la réouverture de la vie nocturne, comme d'autres activités, prendra probablement un peu plus de temps.

Pour rappel, dès le 1er septembre, les restrictions pour les événements de moins de 200 personnes en intérieur et 400 en extérieur seront levées. Au-dessus de cette jauge, le Covid Safe Ticket sera demandé pour les organisateurs qui le souhaitent, afin de pouvoir participer à des événements sans distanciation sociale ni masque. Pour octobre, ce sera 500 et 750.

Des protocoles dès le 10 septembre

La réouverture tant attendue se fera sur base de protocoles précis, notamment au niveau de la qualité de l’air, de la ventilation ou encore de la capacité d’accueil maximale en fonction de la taille de l’établissement. Les protocoles à appliquer par les discothèques seront disponibles le 10 septembre. Si l’annonce a eu l’effet d’un soulagement pour tout un secteur, tous ne sont pas logés à la même enseigne. Il faudra encore un peu de patience à Bruxelles.

"Nous avons décidé de mettre les assouplissements sur pause, on ne renforce pas les mesures mais on n'assouplit pas non plus", a en effet précisé vendredi le ministre-Président Rudi Vervoort (PS). La députée Sophie Rohonyi (Défi) avait d'ailleurs vu sa proposition de résolution pour le monde de la nuit être rejetée en commission économie de la Chambre au mois de juillet. Elle avait déposé une proposition visant à l'élaboration d'un plan de soutien et de relance du monde de la nuit dans le cadre de la crise. Le texte a pour but d'établir, en concertation avec les professionnels du secteur du monde de la nuit, un protocole sanitaire de reprise permettant une réouverture de ce secteur dans les plus brefs délais et en toute sécurité.

"Maintenir le secteur dans le flou est un manque de respect total, s'indigne la députée. Tout est sur la table depuis trois mois. Un protocole clair a été envoyé le 8 juin , avec le Covid Safe Ticket et des contrôles concrets mais on ne prend pas en considération les acteurs de la nuit alors qu'ils sont la solution. Pour Bruxelles, qui nous dit que la couverture vaccinale sera meilleure en octobre ? Je crains que la réouverture ne soit repoussée. Et le protocole est communiqué beaucoup trop tard par rapport à la date de réouverture. Si les autorités maintiennent les établissements fermés, elles doivent prendre leurs responsabilités et les soutenir économiquement. C'est une déception et une vraie douche froide pour tout un secteur."