Le Premier ministre De Croo en visite chez Recticel : "Réorienter les gens vers les métiers techniques"

A l'invitation de l'organisation patronale flamande Voka, le Premier ministre Alexander De Croo s'est rendu chez Recticel pour prendre connaissance des réalités du travail qui y est fait.

A l'invitation du Voka, le Premier ministre Alexander De Croo s'est rendu chez Recticel.
©BELGA
La Libre Eco avec Belga

Le Voka envoie chaque année des représentants politiques en "stage" dans des entreprises. Celui d'Alexander De Croo consistait en un bref passage au service de contrôle de la qualité chez le spécialiste de l'isolation.

L'entreprise a profité de la visite du Premier ministre pour s'épancher sur la pénurie de main-d'œuvre. Le manque de techniciens formés est important en Belgique, a insisté le CEO de Recticel, Olivier Chapelle. "L'innovation et les compétences techniques sont pour nous la voie du futur. Avec les coûts structurels que nous avons en Belgique, nous devons absolument nous différencier en proposant de meilleurs produits, plus performants."

Parfois, les offres d'emploi restent ouvertes pendant des mois, a soulevé M. Chapelle. "Actuellement, il y a par exemple cinq postes à pourvoir." L'entreprise cherche tant des ingénieurs que des techniciens, déjà formés ou non. Si les places ne sont pas pourvues, Recticel doit trouver des alternatives. "Nous avons un réseau de 52 usines dans le monde, donc nous pouvons déléguer nos tâches à une autre fabrique." Mais Recticel souhaiterait maintenir ces fonctions en Belgique, étant donné l'importance de liens étroits entre la R&D et la technique.

Alexander De Croo affirme que des "choses peuvent être faites pour réorienter les gens vers les métiers techniques". "Ce sera l'un des sujets sur lesquels nous allons travailler dans les prochains mois : dynamiser le marché de l'emploi et amener les gens vers les entreprises" qui cherchent de la main-d'œuvre, a-t-il promis.

Ce n'est pas le seul problème auquel est confronté Recticel à l'heure actuelle. Comme de nombreuses entreprises, elle se trouve face à une pénurie de matières premières.