Le "Uber chinois" Didi reporte d'au moins un an son arrivée en Europe

Dans son pays d'origine, l'application de taxi a récemment fait l'objet de vives critiques de la part des autorités, qui la soupçonnent de violer les règles de confidentialité et de concurrence.

Le "Uber chinois" Didi reporte d'au moins un an son arrivée en Europe
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Le service de taxi chinois Didi Global a reporté son projet d'étendre ses services en Europe. Car les gouvernements s'inquiètent de la manière dont le service chinois traite les données de ses clients. L'agence de presse financière Bloomberg l'a rapporté sur la base d'un initié. Les projets visant à défier Uber en Europe, y compris dans les villes britanniques, ont été abandonnés. Certains emplois seront également supprimés, selon l'initié, qui souhaite rester anonyme. L'expansion européenne restera en suspens pendant au moins un an, selon le journal britannique Telegraph.

Dans son pays d'origine, l'application de taxi a récemment fait l'objet de vives critiques de la part des autorités, qui la soupçonnent de violer les règles de confidentialité et de concurrence. Didi est le plus grand acteur du marché des taxis en Chine.

Didi voulait devenir active au Royaume-Uni, en Allemagne et en France, entre autres pays. À l'origine, il était prévu qu'il fasse son entrée sur le marché d'Europe occidentale dès cette année. Didi est actif en Russie depuis l'année dernière.

Suite aux critiques formulées à l'encontre de l'entreprise par les régulateurs chinois, Didi craint d'être sous le feu des critiques, notamment au Royaume-Uni. Les députés britanniques s'inquiéteraient du fait que les données des utilisateurs locaux puissent être consultées par la Chine. Ils souhaiteraient donc que Didi soit étroitement surveillée si elle devait entrer dans le pays.

Les autorités chinoises soupçonnent Didi de collecter illégalement les données personnelles des utilisateurs. Ils cherchent également à savoir si Didi a utilisé des moyens déloyaux pour évincer ses petits rivaux du marché. Pékin pourrait imposer une lourde amende à Didi, qui est entrée à la Bourse de New York à la fin du mois de juin.

Sur le même sujet