Plus d'un patron sur trois estime qu'un employé à domicile ne travaille pas autant qu'au bureau

Après une enquête menée auprès des patrons européens, Ricoh révèle que de nombreux dirigeants restent très méfiants vis-à-vis du télétravail et du comportement de leurs employés.

Les dirigeants devront trouver les moyens de faire remonter leur confiance, car des formes hybrides de journées en présentiel et en télétravail s'imposent de plus en plus.
©AFP
François Thys

Si la confiance est essentielle dans le milieu professionnel, la dernière étude menée par le consultant en entreprise Ricoh montre qu'en matière de télétravail, la méfiance est plus que jamais de mise. Sur plus de 1 500 dirigeants interrogés à travers l'Europe, seuls 35 % font confiance à leurs employés quand ceux-ci travaillent depuis leur domicile. Pire encore, "39 % suggèrentque leurs employés ne travaillent pas autant ou aussi efficacement qu'au bureau", précisent les auteurs.

"La confiance décroissante des employeurs suggère qu'ils souhaitent que les employés retournent au bureau à temps plein alors que les restrictions liées au coronavirus se relâchent à travers le continent, plutôt que de permettre aux travailleurs de choisir une forme de travail hybride."

Des données contradictoires

Un résultat d'autant plus surprenant que "seuls 19 % des employeurs déclarent que la productivité a diminué depuis qu'ils sont passés au travail à distance. De plus, 57 % pensent qu'investir dans une technologie de travail flexible est essentiel pour attirer et retenir les talents", ajoutent-ils.

Les dirigeants devront trouver les moyens de faire remonter leur confiance, car des formes hybrides de journées en présentiel et en télétravail s'imposent de plus en plus. Sans oublier que "42 % des décideurs disent que leurs équipes craignent de retourner au bureau lorsque les restrictions s'assouplissent en raison de problèmes de santé et de sécurité. Ne pas reconnaître ces préoccupations pourrait non seulement avoir des conséquences sur le moral, mais risquer de perdre de bons éléments du personnel".

Trouver le modèle qui convient

Pour Eric Gryson, CEO de Ricoh Belgique et Luxembourg, il ne fait aucun doute que tout est une question d'équilibre. Une fois trouvé, le travail hybride peut bénéficier à tous. "Le bureau ne disparaîtra jamais, notamment en tant qu'environnement incontesté pour une productivité optimale, la créativité et le développement de relations avec les collègues. Le défi pour les chefs d'entreprise est de garder à l'esprit que le travail à distance et hybride sont deux choses différentes. Il va de soi que moins de trajets domicile-travail, un plus grand sentiment de flexibilité et la confiance de votre responsable sont des facteurs importants qui contribuent à une main-d'œuvre plus autonome et inspirée. Il incombe donc aux dirigeants de rendre leur modèle de travail hybride aussi performant que possible", détaille-t-il.

"S'il est certain que certaines tâches gagnent à ce que tout le monde soit dans la même pièce, il est essentiel que les employeurs reconnaissent l'évolution des exigences de leur vivier de talents." Un conseil que Ricoh a mis en pratique, puisque l'entreprise propose un régime 40 % (télétravail) / 60 % (bureau). "Nous soutenons l'équilibre travail-vie personnelle et comprenons son importance pour les employés actuels et potentiels à la recherche d'un travail moderne et flexible."

Sur le même sujet