Deutsche Telekom et Tele2, propriétaires de T-Mobile Netherlands, la revendent pour 5,1 milliards d'euros

T-Mobile Netherlands est devenu, en quelques années, leader du marché des télécommunications aux Pays-Bas

Deutsche Telekom et Tele2, propriétaires de T-Mobile Netherlands, la revendent pour 5,1 milliards d'euros
© Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Le géant allemand Deutsche Telekom et le groupe suédois Tele2 ont annoncé mardi la vente, pour 5,1 milliards d'euros, de T-Mobile Netherlands à un consortium de fonds d'investissement composé du Britannique Apax Partners et de l'Américain Warburg Pincus. "Deutsche Telekom et Tele2 annoncent avoir trouvé un accord pour vendre T-Mobile Netherlands Holding à Telecom Holdings IV B.V, une entité contrôlée conjointement par les fonds Apax Partners et Warburg Pincus pour (...) 5,1 milliard d'euros", a indiqué le groupe allemand dans un communiqué.

Deutsche Telekom détenait 75 % de l'entreprise et le groupe suédois Tele2, 25 % du capital. Deutsche Telekom devrait percevoir 3,8 milliards d'euros net grâce à cette transaction. La vente de cette filiale était évoquée chez Deutsche Telekom depuis au moins 2015.

"Apax et Warburg Pincus vont soutenir T-Mobile NL et son équipe de direction dans la prochaine étape de sa croissance", s'est félicité Deutsche Telekom.

T-Mobile Netherlands a connu un fort développement ces dernières années. Deutsche Telekom a souligné qu'il était devenu "leader" du marché de la téléphonie mobile aux Pays-Bas, en passant d'une part de marché de 25 % en 2017 à 42 % en 2020.

L'entreprise néerlandaise a généré quelque 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires et un résultat opérationnel ajusté (Ebitda AL) de 582 millions d'euros entre juin 2020 et juin 2021.

"Nous nous réjouissons de ce partenariat avec Apax et Warburg Pincus", a indiqué le CEO de T-Mobile Netherlands, Søren Abildgaard.

Le consortium qui acquiert l'entreprise n'en est pas à son coup d'essai dans les télécommunications : Apax Partners et Warburg Pincus ont déjà investi ces dernières années dans Orange Suisse, l'opérateur néerlandais Ziggo, l'Italien Wind Telecom ou encore le Britannique Community Fibre.

La transaction reste soumise "à l'approbation des autorités de régulation et à une consultation avec les représentants des salariés", a précisé Deutsche Telekom.