"Tous les acquis accumulés pendant 50 ans sont balayés" : Chez D'Ieteren, syndicats et direction se rencontrent mercredi

Les travailleurs ont décidé de débrayer après l'annonce par la direction de sa volonté de restreindre les salaires et conditions de travail.

"Tous les acquis accumulés pendant 50 ans sont balayés" : Chez D'Ieteren, syndicats et direction se rencontrent mercredi
© Belga Image
La Libre Eco avec Belga

La grève entamée jeudi dernier dans les garages du groupe D'Ieteren, qui importe les marques de Volkswagen en Belgique, se poursuit mardi. Une réunion est prévue mercredi entre la direction et les syndicats, a indiqué Jean-Paul Sellekaerts, du syndicat socialiste FGTB-MWB. Le front commun syndical y demande mardi soir "un vrai dialogue social, et pas du chantage". Les travailleurs ont décidé de débrayer la semaine dernière après l'annonce par la direction de sa volonté de restreindre les salaires et conditions de travail. D'Ieteren emploie quelque 400 personnes dans ses garages.

Selon le syndicat, la direction a annoncé sa vision stratégique pour les garages du groupe en juin, et il est apparu clairement la semaine dernière que celle-ci "prévoit des réductions drastiques des avantages sociaux négociés par le passé". D'après le front commun syndical, il est question de supprimer une vingtaine de droits historiques, soit plus d'un tiers des droits du personnel, sinon un nouveau licenciement collectif menace le personnel.

Selon M. Sellekaerts, le personnel a depuis lors spontanément suspendu le travail pour une période indéterminée.

"Ce plan est inacceptable pour nous", a déclaré le syndicaliste. "Tous les acquis accumulés pendant 50 ans sont balayés d'un revers de main. Les employés devront renoncer à beaucoup de choses en termes de rémunération et devront travailler davantage. En outre, nous pensons qu'il existe d'autres possibilités d'économies au sein de la structure de gestion actuelle de D'Ieteren."

"Pour les travailleurs, il s'agira simplement de travailler plus pour gagner moins", résument le Setca, la FGTB-MWB, la CSC Metea et la CNE.

L'intention de la direction tombe à un "mauvais moment", juste après la publication de bons résultats financiers et la prévision d'investissements, estiment les syndicats. Le groupe D'Ieteren a réalisé au premier semestre un bénéfice consolidé avant impôt de 288,8 millions d'euros, soit une hausse de 183% par rapport à la même période en 2020 tandis que le carnet de commandes a atteint un niveau record, pointent ainsi les syndicats.

"Craignant que le mouvement ne s'étende aux autres sociétés du groupe D'Ieteren (qui étaient jusqu'à l'année dernière les collègues directs du personnel en grève au sein de l'entreprise), la direction a courageusement recommandé le travail à domicile quand cela était possible", constate encore le front commun.

Une rencontre avec la direction est prévue ce mercredi matin. "Les travailleurs attendent de la direction qu'elle soit constructive et prête à mettre des alternatives sur la table. Quant à nous, nous ne cèderons pas face aux menaces et autres chantages", préviennent les représentants des travailleurs.