A l'issue d'une réunion stérile, la grève se poursuit chez D'Ieteren : "La direction n'a toujours pas compris le message des travailleurs"

Voilà bientôt une semaine qu'une grève est en cours au sein des garages du groupe D'Ieteren. Les travailleurs dénoncent un plan stratégique de l'entreprise qui marquerait un retour en arrière au niveau des salaires et des conditions de travail.

A l'issue d'une réunion stérile, la grève se poursuit chez D'Ieteren : "La direction n'a toujours pas compris le message des travailleurs"
©BELGA
La Libre Eco avec Belga

La grève en cours dans les garages du groupe D'Ieteren, importateur des marques de l'entreprise automobile allemande Volkswagen, se poursuit. Une rencontre entre direction et syndicats mercredi matin n'a rien donné, a fait savoir un représentant du syndicat socialiste à l'issue de celle-ci. Une prochaine réunion est prévue mardi prochain. L'activité avait été interrompue jeudi dernier après une annonce de la direction concernant une revue à la baisse des conditions salariales et de travail. Quelque 400 personnes travaillent dans les garages D'Ieteren.

Selon les syndicats, la direction a annoncé sa vision stratégique pour les garages du groupe en juin, et il est apparu clairement la semaine dernière que celle-ci "prévoit des réductions drastiques des avantages sociaux négociés par le passé". Selon Jean-Paul Sellekaerts, secrétaire permanent FGTB, le personnel a depuis lors spontanément suspendu le travail pour une période indéterminée.

La réunion de mercredi matin n'a pas été "très productive", selon M. Sellekaerts. "La direction a simplement exposé ses plans, une fois encore, mais n'a visiblement, après cinq jours, toujours pas compris le message des travailleurs. Je me demande ce que la direction a fabriqué ces derniers jours et pourquoi elle a encore besoin de cinq jours supplémentaires pour réfléchir à une autre proposition. Ce plan est de toute manière inacceptable pour nous. J'espère que la direction est consciente de ce qui se joue car le personnel est plus déterminé que jamais."

Sur le même sujet