Malgré le contexte, Noshaq a investi 109 millions d'euros au bénéfice des PME liégeoises

Sur les 109 millions investis, 83 constituent des prises de capital.

Malgré le contexte, Noshaq a investi 109 millions d'euros au bénéfice des PME liégeoises
©Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Le fonds d'investissement liégeois Noshaq a présenté ce mercredi le bilan de son exercice 2020-2021, une année pressentie comme particulière en raison de la crise Covid et des inondations qui ont frappé la région. Malgré un contexte difficile, Noshaq a ainsi pris des décisions d'investissement pour un total de 109 millions d'euros au bénéfice des PME de la région liégeoise, ont rapporté le président du conseil d'administration Jean-Michel Javaux et son CEO Gaëtan Servais. Sur les 109 millions investis, 83 constituent des prises de capital.

Il s'agit d'un niveau d'investissement qui s'inscrit dans la moyenne des exercices précédents, soit 115 millions d'euros par an sur les cinq derniers exercices. "Une performance financière que le groupe doit en premier lieu aux efforts déployés par ses 35 collaborateurs, présents tout au long de l'année aux côtés des entreprises en portefeuille et matérialisés par l'octroi de 99 moratoires accordés à 61 sociétés", ont précisé les deux représentants du fonds d'investissement, ce qui a un impact de 4,2 millions d'euros dans la trésorerie "mais on le fait avec un sentiment de devoir dans le cadre de la relance économique", a précisé Gaëtan Servais.

Dans ce contexte de crise, les représentants de Noshaq estiment qu'ils sont en quelque sorte revenus à leur métier de base, celui d'investisseur public, comme aux premiers temps de Meusinvest, "aux côtés des entrepreneurs pour les aider en cas de coup dur".

Grands projets

A cela s'ajoutent bien entendu le développement du projet Grand Poste à Liège et l'avancée du Legia Park.

L'activité 2020-2021 figure aussi parmi les exercices records du groupe grâce à des résultats exceptionnels dans le domaine des "life science", dans les métiers de la santé et dans l'industrie numérique, des secteurs définis comme prioritaires par Noshaq. "On a une quinzaine de sociétés biotech qui ont un énorme potentiel de croissance", estime Jean-Michel Javaux.

Le résultat courant atteint 3,5 millions d'euros, soit trois fois plus que pour les années précédentes, ce qui devrait permettre d'envisager l'avenir avec sérénité, selon les mots du CEO Gaëtan Servais. Il faudra toutefois attendre les chiffres définitifs en novembre pour avoir les résultats nets. "C'est une année étonnante que l'on n'a pas envie de mettre en avant, en aucun cas elle ne reflète les résultats de l'économie liégeoise", a toutefois nuancé le CEO.

Au total, 63 nouvelles sociétés sont entrées dans le portefeuille entre le 1er juillet 2020 et le 30 juin 2021, continue Noshaq. Dans le même temps, 51 en sont sorties, soit un renouvellement du portefeuille de près de 13% en un an, pour un portefeuille total de 474 sociétés. Une situation qui ne plaît pas forcément: "la durée de vie de nos entreprises est trop élevée", admet-on chez Noshaq, tout en prenant l'exemple de Mithra, "la rotation de notre portefeuille doit être plus importante".

Plusieurs secteurs d'avenir ont par ailleurs été épinglés. Dans le futur, Noshaq envisage ainsi d'investir dans les vaccins, les injectables, l'énergie ou encore l'immobilier corporate.

Sur le même sujet