Toujours aucune issue en vue pour le conflit social chez D'Ieteren : "La direction était mal préparée et sans aucune proposition concrète"

Dans un communiqué commun, les syndicats déplorent l'attitude de la direction.

Toujours aucune issue en vue pour le conflit social chez D'Ieteren : "La direction était mal préparée et sans aucune proposition concrète"
© BELGA
Ariane Van Caloen avec Belga

Le mouvement de grève entamé voilà plus d'une semaine au sein des garages D'Ieteren continue. L'entreprise, qui importe la marque Volkswagen en Belgique et emploie près de 400 personnes, est paralysée depuis jeudi dernier, et aucune issue ne semble se profiler à l'horizon.

"Les ouvriers et employés restent nombreux sur les piquets de grève, dont le lieu change chaque jour" précisent les syndicats. Qui estiment que la direction essaie de gagner du temps alors que la prochaine réunion est prévue mardi prochain, le 14 septembre. En attendant un éventuel accord, les garages et autres show rooms bruxellois sont à l'arrêt. Ce qui n'est pas sans poser des problèmes aux clients.

Pour rappel, les travailleurs ont débrayé à la suite de l'annonce du "plan d'avenir" de D'Ieteren Centers. Il implique des mesures qu'elle considère comme nécessaires pour assurer la pérennité de l'activité dans les garages. Face à "l'énormité des sacrifices demandés" notamment en terme salarial, les travailleurs – ouvriers, employés et cadres – sont partis en grève depuis le 1er septembre.

Une attitude de la direction qui déplaît

Ce vendredi, les syndicats ont publié un communiqué commun alors qu'une réunion organisée mercredi n'a rien donné. La prochaine rencontre a été fixée à mardi.

Les syndicats disent regretter le silence de la direction couplé à une attitude provocante. "Durant la réunion du mercredi 8 septembre, le front commun syndical a eu la désagréable surprise de dialoguer avec une direction de D'Ieteren Centers mal préparée et sans aucune proposition concrète."

Avant la prochaine réunion du 14 septembre, la direction a indiqué aux syndicats vouloir "consulter la hiérarchie et préparer une contre-proposition", ce que les syndicats jugent "absurde". "Nous ne comprenons pas ce que la direction a fait durant la semaine écoulée", continue le communiqué syndicale.

"Ces annonces passent d'autant plus mal que le groupe D'Ieteren a réalisé au premier semestre un bénéfice consolidé avant impôt de 288,8 millions d'euros, soit une hausse de 183 % par rapport à la même période en 2020. Le carnet de commandes a par ailleurs atteint un niveau record", ajoutent-ils dans le communiqué.

Du côté de D'Ieteren, ce "plan d'avenir" est motivé par plusieurs évolutions du secteur. Un : l’électrification des voitures entraînera une baisse des entretiens par rapport aux moteurs à essence. Deux : les progrès technologiques rendent les voitures de plus en plus sûres (grâce aux systèmes radars notamment). D’où moins de demandes de réparation en vue. Trois : les nouvelles tendances en termes de mobilité, en particulier en ville où les voitures personnalisées seront, en partie, remplacées par les vélos électriques, les transports en commun ou les voitures de location.

Sur le même sujet