Dans ce pays, les chauffeurs Uber relèvent désormais de la convention collective du transport par taxi

Uber voulait que les chauffeurs restent indépendants.

Dans ce pays, les chauffeurs Uber relèvent désormais de la convention collective du transport par taxi
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Le service de taxi alternatif Uber doit employer ses chauffeurs aux Pays-Bas. Désormais, ils relèvent de la convention collective néerlandaise du transport par taxi, a décidé un juge d'Amsterdam dans une affaire portée par le syndicat néerlandais FNV.

Uber voulait que les chauffeurs restent indépendants, tandis que la FNV parlait de faux travail indépendant. Le juge a estimé qu'il y avait une "autorité moderne de l'employeur" sur Uber et a conclu que la société "n'a accepté que sur le papier" que les chauffeurs soient des indépendants.

Par exemple, plusieurs caractéristiques de l'application utilisée par Uber pour mettre en relation les chauffeurs et les clients indiquent une relation d'employé. Un conducteur notamment n'est autorisé à refuser que quelques courses avant d'être déconnecté par le système. En outre, en cas de plainte d'un client, c'est Uber qui décide unilatéralement de la solution. L'entreprise peut, entre autres, décider d'adapter le tarif convenu.

La FNV considère ce jugement comme une grande victoire pour les droits des conducteurs. "C'est aussi un signal pour La Haye que ce type de construction est illégal et que la loi doit donc être appliquée", explique Zakaria Boufangacha, vice-président du syndicat, dans une explication.

En Belgique aussi, le service de taxi Uber suscite la colère des syndicats depuis son arrivée. Par le passé, le syndicat socialiste des transports BTB a déjà parlé de "dumping social", selon lequel "toutes les joies sont pour les plateformes et toutes les charges pour les conducteurs". En 2015, BTB avait déjà déposé une plainte contre Uber auprès de l'auditeur du travail pour faux travail indépendant.

Sur le même sujet