Une juge canadienne remet en liberté la dirigeante de Huawei Meng Wanzhou

La justice américaine a entériné vendredi un accord scellé entre Washington et le géant chinois des télécommunications Huawei, qui a permis à la directrice financière de ce dernier de rentrer en Chine contre un "report" jusqu'à fin 2022 des poursuites engagées contre elle notamment pour "fraude bancaire".

Une juge canadienne remet en liberté la dirigeante de Huawei Meng Wanzhou
©AFP
AFP

Une juge canadienne a remis en liberté la directrice financière de Huawei Meng Wanzhou et clôturé la procédure d'extradition, lors d'une courte audience vendredi devant la Cour suprême de Colombie-Britannique.

Cette audience à Vancouver, en présence de Mme Meng, a eu lieu quelques heures après la conclusion d'un accord entre Washington et Huawei permettant à la directrice financière du géant chinois des télécoms, qui vit en liberté surveillée au Canada, de rentrer en Chine. La fille du fondateur de Huawei avait été arrêtée le 1er décembre 2018 à l'aéroport de Vancouver à la demande de Washington, qui voulait la juger notamment pour "fraude bancaire".

Sur le même sujet