Découvrez toutes les infos start-up de la semaine

Chaque semaine, La Libre Eco vous propose un tour d'horizon des informations start-up passées inaperçues.

Découvrez toutes les infos start-up de la semaine
©Shutterstock

SmartFridge

SmartFridge est une nouvelle venue dans le paysage belge des start-up actives dans la "foodtech". Jean-Patrick Smal, CEO et fondateur, a développé le projet en pleine crise sanitaire. Le concept est celui de frigos connectés, proposant des plats sains et frais, à installer dans les entreprises. Le défi était double: il fallait à la fois créer le contenant, à savoir un frigo "intelligent" capable de pouvoir répondre aux demandes des utilisateurs (24 heures sur 24, 7 jours 7), ainsi que son contenu, des repas frais et variés. Le frigo est équipé de capteurs qui permettent de vérifier, à tout moment, le niveau d'humidité, la température ou que la fermeture de la porte. Pour accéder au produit de son choix (petit déjeuner, déjeuner ou plat du soir à emporter), l'utilisateur doit télécharger l'application SmartFridge et créer son compte client. Ensuite, il lui suffit de scanner le code QR du frigo. Il reçoit instantanément une notification de sa liste de course et de son débit. La start-up, dont le siège se trouve à Anderlecht, se charge d'approvisionner les frigos de plats créés par ses soins. Soucieuse de lutter contre le gaspillage alimentaire, SmartFridge s'est associé à Too Good To Go pour reprendre tous les invendus. Quant aux emballages individuels, ils sont tous compostables et recyclables. Déjà active à Bruxelles, la start-up a décidé de se lancer dans le Brabant wallon et le Brabant flamand, avec une application disponible en trois langues (français, néerlandais et anglais). SmartFridge vient de lever 800.000 euros auprès de finance&invest.brussels, de BeAngels et d'investisseurs privés. Les fonds serviront à renforcer l'équipe, poursuivre le développement de l'application et du frigo connecté, et produire un nombre important de frigos.

Découvrez toutes les infos start-up de la semaine
©D.R.

BeCommerce Awards

BeCommerce, l'association belge de l'e-commerce, dsécernait, jeudi soir, ses awards aux meilleurs web-shops actifs en Belgique. C'est Orta, boutique en ligne dédié à la mode durable et éthique "made in Europe", qui a remporté le BeCommerce Award 2020. Parmi les autres lauréats, on note un grand nombre d'acteurs bruxellois, dont Efarmz (prix spécial du jury et prix spécial du public), littleguestcollection.com (prix de la start-up de l'année) et RingTwice (ex-ListMinut, prix de la meilleure plateforme), ainsi que d'autres enseignes belges telles que Brekky.be (prix de la logistique) et Lamptwist (meilleur magasin transfrontalier). Cela confirme une tendance observée par BeCommerce depuis un certain temps: les e-commerces belges se portent de mieux en mieux par rapport aux boutiques en ligne d'origine étrangère. "Nous nous dirigeons de plus en plus vers un marché d'e-commerce mature, soutient Sofie Geeroms, Managing Director de BeCommerce. La perception - que le commerce en ligne en Belgique peut être réduit à des boutiques en ligne étrangères - ne correspond pas à la réalité économique belge. Nos dirigeants politiques feraient bien d'en prendre conscience et de contribuer à stimuler notre secteur et à en être fiers au lieu de le freiner. Il est temps que le travail de nuit dans l'e-commerce ne soit plus un point de rupture pour un accord gouvernemental, mais que le gouvernement soutienne pleinement les entrepreneurs". Buckaroo.eu (prix de l'innovation), Smartphoto.be (meilleure campagne promotionnelle) et Adyen.com (prix du système de paiement).

Totemus

L'application Totemus, lancée en juillet 2020 par Benjamin Pirson, vient de passer la barre symbolique des 100.000 participants cumulés. Aujourd'hui, l'application propose gratuitement 60 parcours de chasse au trésor partout en Wallonie et à Bruxelles, accessibles 24 heurs sur 24 et 7 jours sur 7 en français, mais aussi en néerlandais, allemand ou anglais pour la plupart. Ces parcours de balade connectée, à mi-chemin entre le jeu de piste et le géocaching, permettent aux publics de toutes les générations de redécouvrir les richesses du patrimoine tout en s'amusant. C'est à Liège qu'on recense le plus grand nombre de chasses Totemus, avec 17 parcours, devant le Brabant wallon, le Hainaut et Namur (qui comptent chacun 11 parcours). Le Luxembourg et Bruxelles disposent de 5 parcours chacun. Totemus prévoit de monter à une centaine de parcours d'ici la fin de l'année. Au niveau des participations, le Brabant wallon est en tête avec 25% des participants, suivi de près par Liège, puis le Hainaut, tandis que Namur et le Luxembourg figurent derrière, à égalité. Bruxelles ferme la marche avec 6,5% des participations.