Le Belge Besix construit la plus grande usine du monde pour transformer les déchets en énergie

L'usine devrait être prête dans le courant de l'année 2024.

Le Belge Besix construit la plus grande usine du monde pour transformer les déchets en énergie
©Belga Image
La Libre Eco avec Belga

Le groupe de construction belge Besix construit à Dubaï la plus grande usine du monde qui transforme les déchets en énergie. Chaque jour, jusqu'à 5 000 tonnes de déchets ménagers seront transformées en 200 MW d'électricité, a expliqué Peter Lembrechts de Besix mardi lors de la visite du ministre-président flamand Jan Jambon. Cela représente environ la moitié de tous les déchets de Dubaï. L'usine devrait être prête dans le courant de l'année 2024. Jambon a visité le site ce mardi, où quelque 1 000 travailleurs sont à l'œuvre. Selon Besix, il y a 18 heures de travail par jour réparties sur plusieurs shifts. En outre, les travailleurs ne travaillent pas pendant les heures les plus chaudes en été, c'est-à-dire entre 10 et 15h00. Besix est responsable des travaux de construction, tandis que la société japonaise Hitachi fournit l'incinérateur de déchets. Le projet coûte environ 1,1 milliard de dollars au total, ce qui en fait l'un des plus grands projets en cours du groupe de construction belge.

Besix n'est pas seulement responsable de la construction, mais aussi de l'exploitation et de la maintenance pendant les 35 prochaines années. "Cela nous donne des revenus récurrents, ce qui est important pour un groupe de construction à forte intensité de capital comme Besix", explique M. Lembrechts.

L'obtention du projet, un partenariat public-privé avec la municipalité de Dubaï, a pris de nombreuses années. Un premier appel d'offres avait déjà été lancé en 2016, alors pour le traitement de 2 000 tonnes de déchets par jour. Mais en raison du prix de revient élevé, un nouvel appel d'offres a permis de porter la capacité à 5 000 tonnes. En 2019, le financement était en place, puis un an plus tard, il y avait un accord sur la concession. Mais il a finalement fallu attendre novembre 2020 pour que la construction puisse commencer.

900 camions par jour

La centrale devrait être prête en 2024. Chaque jour, environ 900 camions livreront des déchets ménagers, qui seront incinérés dans l'usine. Cela produira de la vapeur, qui sera utilisée pour générer de l'électricité pour plus de 130 000 familles via une turbine. Le processus d'incinération dégage également des cendres et des fumées. Après traitement, les cendres peuvent être réutilisées pour la construction de routes ou comme engrais, par exemple, tandis que la fumée est purifiée conformément aux normes européennes, a assuré Besix. À l'heure actuelle, tous les déchets de Dubaï finissent dans des décharges.

Le groupe de construction belge est actif au Moyen-Orient depuis plus de cinquante ans. Alors que les Émirats arabes unis accusaient auparavant un retard sur l'Europe, cet écart n'a cessé de se réduire au cours des dernières années, a indiqué le rapport mardi. "Ils ont une vision à long terme et il y a une volonté croissante de créer de la valeur localement, par exemple dans l'hydrogène vert, les voyages dans l'espace ou les technologies alimentaires." Aux Émirats arabes unis, Besix a participé à la construction de l'infrastructure portuaire, de l'aéroport international et de plusieurs parcs à thème (Legoland, Ferrari World, etc.) et musées (Guggenheim). En outre, le groupe de construction est principalement actif dans la construction de gratte-ciel, dont le Burj Khalifa, la plus haute tour du monde. Les Belges ont également déjà posé les fondations de la nouvelle tour la plus haute, la "Dubai Creek Tower". Ils sont également candidats à la construction, mais le projet a été mis en attente pour l'instant.

Sur le même sujet