Protocole d'accord dans le secteur de la chimie, la grève nationale évitée

Les syndicats et employeurs du secteur de la chimie ont dégagé dans la nuit de lundi à mardi un protocole d'accord sur une augmentation des salaires et une "prime corona", a confirmé Koen De Kinder, le secrétaire fédéral du syndicat chrétien ACVBIE/CSCBIE, pour l'industrie, l'énergie et le bâtiment, suivi par Essenscia, la fédération belge de la chimie.

Protocole d'accord dans le secteur de la chimie, la grève nationale évitée
©JEAN LUC FLEMAL
La Libre Eco avec Belga

L'accord, qui concerne 130.000 employés du secteur de la chimie, prévoit une augmentation salariale de 0,4 % dès le 1er janvier 2022 avec un minimum de 10 cents par heure. La "prime corona" est de 200 euros, annonce aussi le syndicaliste.

Pour Essencia, Koen Laenens, ajoute qu'il est aussi question de renforcer la formation. "Il s'agit d'un financement structurel du fonds sectoriel de formation de sorte que l'incitation à la formation soit garantie à l'avenir. Nous sommes un secteur en transition avec bon nombre de défis qui nécessitent de nouvelles compétences. Nous ne voulons laisser personne derrière nous", a-t-il commenté.

Les syndicats vont présenter le protocole d'accord à leurs membres et "c'est à eux de décider si nous allons l'accepter", a commenté M. De Kinder. Avec l'aboutissement des négociations, la gréve nationale annoncée pour vendredi n'aura pas lieu.

Essenscia avait jugé cette décision "irresponsable" car un "attrayant paquet était sur la table", avec notamment des investissements dans la formation, pour parvenir à un solide accord sectoriel.

L'accord sectoriel est renégocié tous les deux ans.