'Nous exigeons un peu de respect pour les travailleurs" : le front commun syndical du secteur verrier dépose un préavis de grève

Après le secteur de la chimie, c'est au tout du secteur verrier de passer aux actions syndicales après l'échec des négociations sociales avec les patrons.

Toutes les actions à partir du 3 novembre seront couvertes par les syndicats.
Toutes les actions à partir du 3 novembre seront couvertes par les syndicats. ©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Le front commun syndical du secteur verrier (CSC, CGSLB et FGTB) a déposé un préavis de grève faisant effet immédiat, ont annoncé mercredi les syndicats, au lendemain d'une nouvelle réunion de négociations infructueuses avec les employeurs. L'industrie du verre en Belgique compte une septantaine d'entreprises et emploie à peu près 5 000 travailleurs. "La journée de négociations tenue hier (mardi, Ndlr) est un échec tout du long. Nous avons demandé un positionnement clair pour l'ensemble du secteur verrier, et les employeurs n'ont répondu que par des positions minimalistes. Nous exigeons un peu de respect pour les travailleurs", a dénoncé Lucas Baldan, secrétaire fédéral CSCBIE (Bâtiment - Industrie & Energie).

Les exigences syndicales concernent, entre autres, une liberté de négociation dans l'ensemble du secteur (et même les "sous-secteurs" comme la miroiterie), une augmentation du pouvoir d'achat, une prime corona pour un secteur jugé comme essentiel durant la pandémie, ou encore une prolongation et une amélioration des différents régimes de chômage avec complément d'entreprise (RCC), liste le communiqué.

Le préavis débute mercredi pour une durée indéterminée. Toutes les actions à partir du 3 novembre seront couvertes par les syndicats. Et sans avancée significative sur un accord sectoriel "respectueux des travailleurs", des "actions menées au niveau national" sont déjà promises, informe le front syndical.

Sur le même sujet