Pour la FGTB, c'est un "oui" pour la vaccination, mais un grand "non" pour le Covid Safe Ticket au travail

La FGTB s'oppose fermement à la proposition faite jeudi par la fédération de l'industrie technologique Agoria d'introduire le Covid Safe Ticket sur le lieu de travail et de renvoyer les réfractaires chez eux sans rémunération.

Pour la FGTB, c'est un "oui" pour la vaccination, mais un grand "non" pour le Covid Safe Ticket au travail
©BELGA
La Libre Eco avec Belga

Le syndicat socialiste s'étonne de cette proposition alors qu'au Conseil supérieur pour la prévention et la protection au travail, qui réunit représentants des travailleurs et du patronat, la position était unanime de refuser l'application du pass sanitaire au travail. Ce qui pose problème à la FGTB est que le Covid Safe Ticket, certificat qui atteste d'une vaccination, d'une guérison ou d'un test négatif au coronavirus, concerne des données relatives à la santé et donc à la vie privée du personnel. "Les employeurs et les syndicats ont adopté une position très claire: (...) l'employeur n'est pas autorisé à le demander aux salariés, ni à s'enquérir de leur statut vaccinal individuel", martèle le syndicat.

Ce dernier "s'étonne donc que certaines fédérations patronales retournent soudainement leur veste et exigent le contraire de ce qui a été convenu". Le CST pose d'importantes questions en matière du droit du travail, ajoute la FGTB, "c'est la raison pour laquelle nous avons fait part d'une position commune au Conseil supérieur: l'utilisation du CST dans les entreprises n'est pas possible". Il est aussi hors de question d'associer des avantages ou inconvénients au pass sanitaire, comme d'interdire l'accès aux locaux sans ce certificat, souligne le syndicat.

Distance physique, port du masque, mise à disposition du gel... Des mesures sanitaires sont déjà en place dans le milieu du travail, souligne la FGTB, qui encourage par ailleurs à "une vaccination maximale de la population".

Sur le même sujet