Proximus veut rassurer sur ses résultats mais les bénéfices fondent et l'action souffre

Proximus tente de rassurer mais sans ses acquisitions récentes, les résultats auraient été encore plus pénalisés.

Les tours Proximus (ex-Belgacom) à Bruxelles
©Belga

Attention, concentration: "Proximus enregistre une nouvelle croissance de ses principales bases clients au troisième trimestre et prévoit de clôturer l'année sur un Ebitda du groupe situé dans la tranche moyenne à supérieure de sa fourchette de prévisions". C'est avec cette belle phrase que Proximus publie ses résultats trimestriels, un peu en demi-teinte, et tente de rassurer. Néanmoins, le cours de l'action souffrait, peu de temps après l'ouverture de la Bourse ce vendredi.

Les résultats générés par la filière internationale BICS (Belgacom International Carrier Services), en hausse de 12,6% à 263 millions d'euros, offrent un bol d'air bienvenu. Proximus a donc bien fait de racheter la totalité des parts au début de l'année. Tout comme pour l'acquisition de Mobile Viking, conclue au trimestre précédent, qui lui permet d'augmenter sa base clients et atténuer la légère baisse du chiffre d'affaires sur le marché domestique.

"Au troisième trimestre 2021, Proximus a réalisé un chiffre d'affaires sous-jacent domestique de 1.085 millions d'euros, soit 0,8 % de moins par rapport à l'année précédente. À l'exclusion de la contribution de Mobile Vikings dans le chiffre d'affaires, le chiffre d'affaires domestique organique a diminué de 2,1 %. Ce résultat reflète la baisse du chiffre d'affaires des services télécoms dans le segment Consumer par rapport à une base comparable élevée en 2020, sous l'effet de volumes importants de trafic", justifie Proximus.

L'Ebitda domestique atteint quant à lui 424 millions d'euros, en baisse de 3,2% par rapport à la même période de l'année précédente.

Enfin, le bénéfice net est, lui, de 116 millions d'euros, en baisse de 27,4% par rapport au troisième trimestre 2020.

Egalement touché par la crise des semi-conducteurs

Proximus indique également que la pénurie mondiale dans l'approvisionnement en semi-conducteurs a également pénalisé son segment Entreprise et la vente de matériel d'information et communication (ICT). "Le segment a toutefois poursuivi sa transformation, avec à la clé une croissance continue du chiffre d'affaires pour les services ICT. Le chiffre d'affaires pour les services mobiles B2B a progressé de 2,9 %. Le chiffre d'affaires pour les services Wholesale fixes et mobiles est resté pratiquement stable (-0,6 %), tandis que celui des services d'interconnexion est en baisse, sans impact sur la marge", précise encore l'opérateur.

Enfin, Proximus se réjouit d'avoir fait croître ses bases clients: 58.000 nouvelles cartes Mobile Postpaid, 5.000 nouveaux abonnements internet et 5.000 nouveaux abonnements TV. Dans le segment Consumer, l'entreprise a atteint un total de 1.174.000 clients, soit 6,1 % de plus par rapport à il y a 12 mois.

Dividende de 50 centimes par action en décembre

"Nous poursuivons par ailleurs sans relâche nos efforts dans le cadre de notre programme de réduction des coûts et sommes bien partis pour réaliser une économie brute totale de 400 millions d'euros d'ici fin 2025", commente pour sa part le CEO Guillaume Boutin, plutôt confiant après avoir expliqué les différents chiffres.

"Compte tenu de l'évolution favorable de notre projet de déploiement de la fibre, nous confirmons par ailleurs nos prévisions de clôturer l'année 2021 sur un CAPEX (dépenses d'investissements, NdlR) proche de 1,2 milliard d'euros, hors spectre et droits de diffusion du football. Enfin, je suis heureux d'annoncer que le Conseil d'Administration a approuvé le versement d'un dividende intérimaire de 0,50 euro par action, à verser en décembre 2021", termine le dirigeant.

Sur le même sujet