Entrepreneurs en transition #9 : Quand Jacques s'attaque aux Goliath de la livraison de repas...

Une chronique de Roald Sieberath, multi-entrepreneur, coach de start-up et responsable de l’Accélérateur Transition pour LeanSquare, professeur invité à l’UCLouvain et à l’UNamur.

Entrepreneurs en transition #9 : Quand Jacques s'attaque aux Goliath de la livraison de repas...
©D.R.
Roald Sieberath

Libre Eco week-end |

Je tente souvent de généraliser des schémas que je décèle dans l’entrepreneuriat et la transition. Puis parfois, la réalité de la vie me ramène à mon quotidien, à rencontrer des porteurs de projets. Parfois de façon fortuite, comme ce livreur de course à vélo, Jacques (prénom d’emprunt) qui m’amène un repas via une des deux grandes plateformes de livraison. Je l’ai recroisé plus tard, et Jacques me dit qu’il s’apprête à lancer un service de livraison, un peu similaire à ces plateformes.

Il est atypique comme entrepreneur : à 45 ans, il n'a pas fait d'études, il ne connaît pas le business model canvas, n'est pas habitué aux codes du monde start-up… Mais, par contre, il connaît le milieu des restaurateurs et des coursiers (puisqu'il est lui-même coursier depuis cinq ans). Il a pu observer ce qui marchait et ne marchait pas. Il veut qualifier davantage les coursiers. Et accommoder davantage les restaurateurs en prenant une commission moins gourmande. Et il a diverses idées marketing assez novatrices… Surtout, il est doté d'un grit (obstination et focus) peu commun : depuis plusieurs années, il économise ses rentrées de coursier et enchaîne sur un job de nuit à Liège Airport, pour consacrer toutes ces petites économies à développer une plateforme alternative…

On pourrait trouver ça ironique, ou lui demander où est son business plan (il n'en a pas… mais on peut l'y aider). Pour ma part, je suis plutôt admiratif. Nous avons ici un simple coursier qui s'attaque au mastodonte du secteur.

Cela pourrait sembler fou, irréaliste… et beaucoup d’entrepreneurs (sortis d’écoles de commerce) s’arrêtent, jugeant la tâche impossible. Et puis nous avons Jacques, avec la candeur et l’audace du débutant, qui s’y attaque.

La route sera longue avant de faire de cette plateforme un acteur significatif. Mais je la trouve exemplatif de cette nouvelle vague d’entrepreneurs, venus d’horizons divers, qui, face aux dysfonctionnements et aux inégalités, prennent leur destin en main, et se lancent dans un combat pour changer le monde en mieux.