Le "train" de la banque à distance va trop vite

Pour les banques, la crise sanitaire aura marqué un tournant majeur.

Le "train" de la banque à distance va trop vite
©Shutterstock
Libre Eco week-end | Le dossier

Elle aura normalisé l’ouverture des agences uniquement sur rendez-vous. Celui qui voulait discuter avec son conseiller devait d’abord décrocher un rendez-vous au téléphone et parfois attendre pendant des dizaines de minutes pour avoir une personne au bout du fil.

Les banques ne nient pas que, même avec leurs outils numériques à la pointe, elles ont été confrontées à des problèmes d’accessibilité. Elles affirment travailler pour y remédier. Mais cela ne va rien changer à leur volonté de réduire au maximum le réseau physique (qui se situe pour le moment au-dessus de la moyenne européenne). Une institution comme ING, qui prend la voie d’une plateforme bancaire, aurait des velléités de limiter son réseau à une centaine d’agences, se raconte-t-il dans les milieux bancaires.

Cette rationalisation à marche forcée (surtout pour les 4 grandes banques belges), qui va de pair avec la forte baisse des distributeurs automatiques de billets, pose problème. Même si la question n’est pas de contester une indispensable et performante digitalisation des opérations bancaires en Belgique.

Retirer du cash devient de plus en plus difficile. Or, sans faire l’apologie de l’argent liquide surtout s’il sert à payer au noir, il reste un moyen de paiement apprécié par une population peu à l’aise avec une carte ou une app mobile.

Ce qui veut aussi dire que cette banque à distance crée énormément de frustration auprès d’une population en difficulté avec les outils numériques. Et cela ne vise pas que des personnes nées bien avant l’émergence d’Internet, mais également des "petits" entrepreneurs qui vont aussi chercher chez leur banquier un indispensable lien économique et social.

En imposant cette banque à distance avec de surcroît une tarification en hausse, le secteur fait des mécontents et n’est dès lors pas crédible quand il souligne que le taux de satisfaction des clients est très élevé.

Le "train" de la banque à distance va trop vite.