Focus, la start-up qui aide à gérer le stress des enfants

Focus a développé un dispositif antistress qui permet aux enfants de 6 à 16 ans d’être plus concentrés.

Valérie Dormal et Sandrine Mejias, cofondatrices de Focus.
Valérie Dormal et Sandrine Mejias, cofondatrices de Focus.

Libre Eco week-end |

Permettre à son enfant d’apprendre à mieux gérer son stress et ses émotions, c’est l’objectif de Focus. Cette spin-off de l’UCLouvain a été développée, au sein de l’Institut de recherche en sciences psychologiques de l’UCLouvain en collaboration avec l’Université de Lille, par Sandrine Mejias et sa collègue Valérie Dormal, toutes les deux mamans, chercheuses en psychologie.

Concrètement, il s'agit d'un petit boîtier muni d'un capteur de fréquence cardiaque qui tient facilement dans la main. Celui-ci permet de combiner des exercices de cohérence cardiaque, c'est-à-dire : des exercices de respiration, et du biofeedback , soit la possibilité de visualiser l'évolution de son état de bien-être en direct.

"L'enfant va prendre le dispositif en main et placer son doigt sur le capteur de fréquence cardiaque" , explique Sandrine Mejias. "En suivant le changement d'intensité de la lumière et/ou de vibration du dispositif, il va pouvoir suivre un rythme défini de respiration." En même temps qu'il respire, la jauge centrale va donc fluctuer en fonction de son niveau de variabilité cardiaque mesuré grâce au capteur.

Développé au début dans le cadre hospitalier, le dispositif est désormais étendu à l'ensemble des enfants de 6 à 16 ans. "Tous les enfants sont sujets au stress, qu'il s'agisse de problèmes d'endormissement ou pour les examens. Cela nous semblait normal que le dispositif puisse être accessible à tout le monde" , ajoute la cofondatrice.

En plus de ce dispositif, une application a été développée mais de manière déconnectée. "Nous souhaitons que le dispositif soit autonome pour éviter l'utilisation des écrans" , précise Sandrine Mejias. L'application permet d'accompagner l'enfant dans ses efforts d'une manière ludique. "Grâce à Kayou et Mio, deux compagnons, l'enfant pourra suivre sa progression, recevoir des conseils personnalisés, et même gagner des petites récompenses s'il réalise correctement ses exercices."

Un espace pour les parents

Un espace est également disponible pour que les parents consultent le reporting de la semaine. "Ces rapports peuvent d'ailleurs être utilisés par le médecin" , expliquent les cofondatrices qui travaillent également en collaboration avec des professionnels de la santé. "L'objectif est que ces professionnels puissent intégrer le dispositif comme traitement."

Dans une première phase de validation scientifique réalisée avec plus de 300 enfants, les chercheuses ont pu observer des améliorations physiologiques, comme une fréquence cardiaque moins élevée, des améliorations psychologiques, soit une réduction du niveau de stress et d’agitation perçu par l’enfant et des améliorations cognitives comme les performances attentionnelles, et ce, même après une seule séance d’exercice.

Financée au début par la Région wallonne, Focus a lancé un crowdfunding dont l'objectif est d'arriver à 100 précommandes. "C'est une façon de tester le marché, pour nous" , explique Sandrine Mejias, qui découvre le monde de l'entreprise. "L'objectif est de permettre la production à grande échelle du dispositif."

Le dispositif ne sera commercialisé qu’en 2022 mais il est disponible sur commande pour 85 euros, contre 99 euros qui sera le prix public sur le marché.