Malgré la hausse des recettes dopées par le vaccin, Astrazeneca tombe dans le rouge

La perte nette atteint 1,65 milliard de dollars sur la période contre un bénéfice de 651 millions un an plus tôt.

Malgré la hausse des recettes dopées par le vaccin, Astrazeneca tombe dans le rouge
©Belga Image
La Libre Eco avec AFP

Le géant pharmaceutique Astrazeneca est tombé dans le rouge au troisième trimestre à cause de ses impôts, de la hausse des coûts de recherche et ventes, malgré la hausse des recettes dopées par le vaccin contre le Covid.

La perte nette atteint 1,65 milliard de dollars sur la période contre un bénéfice de 651 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires a en revanche bondi de 50 % à 9,9 milliards de dollars, notamment grâce à la fusion avec Alexion, dont les recettes sont comptabilisées à partir de fin juillet.

Les revenus comprennent sur les neufs mois depuis le début de l'année 2,2 milliards de dollars de ventes de vaccin contre le Covid-19, dont 736 millions de dollars en Europe, correspondant à 580 millions de doses vendues dans le monde.

A prix coutant

Contrairement à ses rivaux, AstraZeneca s'est engagé à vendre son vaccin à prix coûtant. Les coûts des ventes ont triplé sur un an, les coûts de recherche doublé et le groupe suédo-britannique a payé 350 millions de dollars d'impôts contre un crédit d'impôts l'an dernier.

Le patron du groupe, le français Pascal Soriot, a noté "la forte croissance du chiffre d'affaires et une livraison exceptionnelle de médicaments en développement, avec 8 en phase avancée dont la combinaison d'anticorps prometteuse dans la prévention et le traitement du covid-19".

Le groupe avait indiqué il y a un mois avoir obtenu des résultats positifs dans les essais cliniques de phase 3 sur son médicament AZD7442, cocktail d'anticorps contre le Covid-19.

"L'addition d'Alexion renforce notre engagement d'apporter des thérapies innovantes aux patients à travers le monde", et "nous prévoyons de finir l'année sur une base solide, maintenant nos prévisions", ajoute M. Soriot. Le groupe pharmaceutique suédo-britannique avait annoncé mi-juillet avoir obtenu le feu vert du Royaume-Uni pour le rachat à 39 milliards de dollars de la biotech américaine Alexion, spécialisée dans les maladies rares.

Sur le même sujet