La start-up Vineaste propose des coffrets découverte personnalisés et écologiques autour du vin

La start-up met en scène le vin en partageant une histoire et travaille avec du vin bio, biodynamie et nature.

La start-up présente chaque mois une box découverte de trois bouteilles de vin, du rouge, du blanc, du rosé ou encore avec des bulles.
La start-up présente chaque mois une box découverte de trois bouteilles de vin, du rouge, du blanc, du rosé ou encore avec des bulles.

La start-up de la semaine

Rendre le vin plus abordable, plus moderne et plus écologique, c'est l'objectif de la start-up Vineaste. Nouvelle sur la scène vinicole depuis 2020, la start-up est lancée par Maxime, Ludovic et Nicolas afin de démystifier l'approche autour du vin et de la moderniser. "Les professionnels du vin utilisent souvent une terminologie et un vocabulaire compliqué pour le consommateur" , explique Maxime Grell.

Née de la fusion entre "vin" et "cinéaste", Vineaste traduit l’idée de mettre en scène le vin. L’objectif des trois entrepreneurs n’est pas seulement de proposer du vin, mais aussi et surtout de partager l’histoire et le savoir-faire qui se cache derrière.

La start-up présente chaque mois une box découverte de trois bouteilles de vin, du rouge, du blanc, du rosé ou encore avec des bulles. La box est proposée sous forme d’abonnement de minimum trois mois mais les bouteilles sont également proposées individuellement. Le prix des box est de 29,99, euros, 39,99 euros et 59,99 euros et varie selon la gamme du vin.

Ces vins sont accompagnés de fiches descriptives qui abordent l'histoire du domaine, du vin et du vigneron. Une histoire que les entrepreneurs connaissent puisqu'ils se rendent sur les lieux de production afin de s'assurer de la qualité du produit. "On explique aussi les meilleurs moments pour le déguster et la température idéale de service" , ajoute Maxime.

La start-up travaille avec une cinquantaine de vignerons en permanence et plus de 200 sur l'année. "C'est important qu'ils soient nombreux pour varier les références proposées."

La particularité de ces vins ? Ils sont bio, biodynamies et natures. "L'idée est de consommer moins mais mieux" , précise Maxime. Pour le moment, les vins sont importés de France mais la start-up n'exclut pas de travailler avec l'Espagne et l'Italie. "Et pourquoi pas des pays de l'Est dont les vins sont moins connus."

Dans cette démarche responsable, Vineaste vise à limiter dans la mesure du possible tout déchet inutile. Les emballages sont écologiques, la box en carton est recyclable, comme les bouteilles en verre. Les fiches explicatives sont accessibles en ligne à l’aide d’un code QR, afin de limiter toute impression non essentielle et de pouvoir les consulter facilement, à tout moment.

Une box personnalisée selon les goûts

En plus d'une box composée par un sommelier, Vineaste propose aussi une box personnalisée selon les goûts du consommateur. Grâce à des questions rapides, un algorithme détermine vos affinités et permet de créer un profil œnologique. "Les questions sont simples mais liées à des caractéristiques œnologiques" , explique Maxime. Par exemple : est-ce que vous mettez du sucre dans votre café ? Est-ce que vous mangez du fromage de chèvre ? Ces questions permettent de déterminer le sucre, le tanin ou la puissance qui convient le mieux au client. "En fonction des réponses on peut sélectionner ou écarter certains types de vins" , explique Maxime.

La start-up a démarré sur fonds propres grâce à un levier bancaire. Ils étaient deux au début. Aujourd’hui, l’équipe est composée de cinq personnes qui ont l’opportunité de rentrer dans l’actionnariat.

Pour le moment, la start-up est active en Wallonie et à Bruxelles mais les entrepreneurs réfléchissent déjà à d'autres pays comme l'Espagne. "En France il y a déjà des gros acteurs donc c'est compliqué" , précise Maxime. "Même si en Belgique, on a racheté un concurrent."