Elia revoit ses prévisions à la hausse pour 2021

La multiplication des projets, notamment des câbles sous-marins, stimule l'entreprise.

La remise en service des postes de Rochefort et Pepinster (ci-dessus), endommagés après les inondations de juillet, faisait partie des bonnes nouvelles pour le groupe Elia.
La remise en service des postes de Rochefort et Pepinster (ci-dessus), endommagés après les inondations de juillet, faisait partie des bonnes nouvelles pour le groupe Elia. ©Elia
La Libre Eco avec Belga

Le gestionnaire du réseau haute tension Elia Group relève ses prévisions pour l'année 2021, indique-t-il vendredi dans une déclaration trimestrielle. Cette hausse des objectifs annuels est justifiée par les "performances solides" du consortium Nemo Link, dont fait partie Elia et qui exploite la première interconnexion électrique sous-marine entre la Belgique et la Grande-Bretagne. Le groupe Elia mise sur un rendement ajusté des capitaux propres d'environ 7 %. En Belgique, il espère que ce rendement atteigne entre 5 et 6 % tandis qu'en Allemagne, il pense obtenir un rendement compris dans la partie supérieure d'une fourchette de 8 à 10 %.

Le troisième trimestre a été marqué pour Elia Group par l'obtention de l'autorisation finale par 50Hertz (filiale allemande du groupe) du projet Ostwind2, câble sous-marin qui doit acheminer de l'énergie éolienne produite en mer Baltique vers l'Allemagne, ainsi que par la remise en service des postes de Rochefort et Pepinster en Belgique, endommagés après les inondations de juillet.

En Belgique, il aura aussi été marqué par la première enchère du mécanisme de rémunération de la capacité belge, destiné à compenser la sortie du pays du nucléaire pour assurer la sécurité d'approvisionnement.

Elia Group approvisionne 30 millions de personnes en électricité et gère 19 276 kilomètres de lignes à haute tension en Belgique (via Elia) et dans le nord-est de l'Allemagne (via 50Hertz).