Télécoms: est-ce le moment de s’emparer d’entreprises sous-évaluées, à un niveau "parfois ridicule" ?

Le fonds américain KKR tente un rachat de Telecom Italia pour 11 milliards d'euros, ce qui ne semble pas enchanter le principal actionnaire, Vivendi. Mais pourquoi une telle manœuvre, alors que les marchés semblent bouder les télécoms ?

Racheter l'opérateur est-il motivé par les investissements de l'UE dans le digital ? Ou juste par une génération de cash sur le long terme, malgré une croissance potentielle limitée ?
Racheter l'opérateur est-il motivé par les investissements de l'UE dans le digital ? Ou juste par une génération de cash sur le long terme, malgré une croissance potentielle limitée ? ©AFP
Une capitalisation boursière qui a fondu comme neige au soleil et un bénéfice net (159 millions d'euros tout de même) divisé par trois au troisième trimestre. Le bilan de Telecom Italia n'est pas fameux, alors que la pression sur les opérateurs se fait de plus...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet