Fermeture du Makro de Lodelinsart ce mercredi, en raison d'une grève

Le mouvement spontané a débuté à 6h et le magasin n'a donc pas ouvert comme prévu à 7H15. Les autres enseignes Makro (Alleur, Eke, Deurne, Machelen et Leeuw-Saint-Pierre) ne sont pas concernées par le mouvement.

La Libre Eco avec Belga
"Les employés de l'enseigne débraient, entre autres, sur des questions de bien-être sur leur lieu de travail et obstruction aux droits syndicaux", explique le syndicat CNE.
"Les employés de l'enseigne débraient, entre autres, sur des questions de bien-être sur leur lieu de travail et obstruction aux droits syndicaux", explique le syndicat CNE. ©Shutterstock

Le Makro de Lodelinsart est resté fermé mercredi matin à la suite d'une grève menée en front commun syndical, a indiqué la CNE. Une information confirmée par la direction de la chaîne de supermarchés.

Le mouvement spontané a débuté à 6h et le magasin n'a donc pas ouvert comme prévu à 7H15. Les autres enseignes Makro (Alleur, Eke, Deurne, Machelen et Leeuw-Saint-Pierre) ne sont pas concernées par le mouvement.

"Il s'agit d'une problématique propre à ce magasin", précise-t-on au syndicat chrétien. "Les employés de l'enseigne débraient, entre autres, sur des questions de bien-être sur leur lieu de travail et obstruction aux droits syndicaux".

Le délégué principal CNE, Alan Dock, pointe le manque de personnel. "Environ 200 personnes travaillent ici à Lodelinsart, mais les malades de longue durée ne sont pas remplacés et de nombreux collègues sont en burn-out. La pression au travail est plus grande encore à l'approche des fêtes de fin d'année". Il déplore par ailleurs une absence totale de communication avec la hiérarchie de ce magasin. "On espère avoir un retour de la direction de Makro à la suite de la grève. Nous restons ouverts au dialogue".

La direction regrette cette action menée sans que la procédure normale de concertation sociale ait pu être lancée.

Le Makro de Lodelinsart restera fermé toute la journée de mercredi. Il devrait rouvrir jeudi, mais les travailleurs sont déterminés à mener des actions à des dates ultérieures si la situation n'évolue pas en leur faveur.