"Pourquoi peut-on se faire livrer une pizza en 30 minutes et pas des bières fraîches ?" : Le nouveau boss d’AB InBev mise sur la vente en ligne

Michel Doukeris a exposé sa vision du développement du groupe brassicole. Le marché a visiblement apprécié.

Van Campenhout Patrick
"Pourquoi peut-on se faire livrer une pizza en 30 minutes et pas des bières fraîches ?" : Le nouveau boss d’AB InBev mise sur la vente en ligne
©BELGA

En ligne, comme il se doit en cette période compliquée, le nouveau patron du géant mondial de la bière AB InBev, Michel Doukeris, a mené une opération de séduction en direction des investisseurs lundi. Mais avant de développer sa stratégie, il a fixé un objectif : une croissance organique de 4 à 8 % sur le moyen terme. De quoi allécher les financiers ? En tout cas, l’analyste spécialisé de RBC a confirmé en matinée son avis "surperformance" au sein du secteur avec une cible de cours à 73 euros, alors que le titre tournait en journée autour de 50 euros. Chez ING, l’analyste reste à "conserver", objectif à 54,92 euros. Le marché, a pour sa part apprécié le discours et au terme de la séance, le titre AB InBev progressait de 4,58 % à 52,04 euros.

Michel Doukeris s'est aussi présenté, comme un homme de bière passionné de ce métier, et actif depuis 25 ans au sein du groupe. Cet ingénieur doublé d'un spécialiste du marketing a balisé les évolutions à attendre de la part du groupe en insistant sur celle, déjà développée en Amérique du Sud et en Afrique, de la vente en ligne entre professionnels, ainsi que de la vente de professionnels vers les clients finaux. "Pourquoi peut-on se faire livrer une pizza en 30 minutes et ne peut-on pas se faire livrer des bières fraîches dans les mêmes délais ?", a-t-il évoqué. L'exploitation des données, notamment celles tirées des applications telles "Bees" ou "Zé", va faire l'objet d'un travail accru pour doper les ventes en tenant compte des demandes de la clientèle, et en imposant le principe de ventes directes aux consommateurs. En d'autres termes, le groupe devrait accélérer sa mutation numérique, au vu de la croissance générée au Brésil, notamment.

Développer les biotechnologies

Le CEO d'AB InBev compte aussi mettre l'accent sur le développement et l'acquisition de compétences en matière de biotechnologies pour améliorer les processus de production tout en tenant compte de la durabilité des opérations. Autre objectif : le développement des ventes dans les marchés émergents via les bières "inclusives", quitte par la suite à faire évoluer ces clients vers les bières "premium". "Lorsque nos clients grandissent, nous grandissons également". La croissance visée passe aussi par les produits alternatifs à la bière, et par la distribution directe en restaurants gérés par le groupe, à l'image des restaurants "Frites Artois".

Sur le même sujet