Les chiffres confirment le choc du Covid-19 sur les concessionnaires auto : leur chiffre d'affaires a chuté de 17 % en 2020

Pénurie, problèmes d'approvisionnement, changement du comportement des consommateurs... La crise sanitaire pèsera encore longtemps sur le secteur automobile, révèle une enquête publiée par la fédération Traxio.

Les marges brutes des concessionnaires sont passées de 2,48 % à 2,58 %. Les marges nettes ont également augmenté de 0,1 % pour atteindre 1,49 % pour les concessionnaires.
Les marges brutes des concessionnaires sont passées de 2,48 % à 2,58 %. Les marges nettes ont également augmenté de 0,1 % pour atteindre 1,49 % pour les concessionnaires. ©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

L'an dernier, la crise du coronavirus, due entre autres au confinement et aux problèmes de production, a fait chuter le chiffre d'affaires des concessionnaires automobiles de près de 17 %. Les bénéfices ont, eux, baissé de plus de 8 %, a indiqué ce mercredi la fédération du secteur automobile Traxio, sur la base d'une enquête réalisée par IDEA Consult.

Les marges ont légèrement augmenté en 2020 (+0,1 %), mais Traxio souligne que les marges se sont adaptées à un chiffre d'affaires beaucoup plus faible, et que le secteur a donc été "sévèrement touché par la crise, malgré les mesures de soutien du gouvernement et de certains importateurs".

Les marges brutes (en pourcentage du chiffre d'affaires) des concessionnaires sont donc passées de 2,48 % à 2,58 %. Les marges nettes ont également augmenté de 0,1 % pour atteindre 1,49 % pour les concessionnaires. "Lorsque nous examinons l'évolution historique par rapport à 2016, nous constatons que les marges nettes des concessionnaires ont diminué de 14 %", selon Traxio. Le taux d'endettement moyen a de nouveau augmenté en 2020, passant de 62,5 % à 64,4 %.

Conséquences à court et long terme

"A court terme, les distributeurs seront confrontés aux conséquences directes du Covid-19, comme la pénurie des composants électroniques, des problèmes d'approvisionnement dus aux mesures sanitaires et aux problèmes logistiques mondiaux ainsi qu'une dépendance excessive vis-à-vis des fournisseurs externes", a déclaré Henri de Hemptinne, président du GDA, la fédération des distributeurs de marque au sein de Traxio.

Selon M. de Hemptinne, la crise aura également des conséquences à plus long terme, largement influencées par des changements importants dans le comportement des consommateurs. "Je pense d'abord au télétravail - qui entraîne une diminution du nombre de kilomètres parcourus, une prolongation des contrats de leasing et le choix de plus petites voitures de société - ainsi qu'à la découverte de moyens de transport alternatifs et à l'intérêt croissant pour les véhicules hybrides ou électriques. La crise a également rendu les consommateurs et les entreprises plus prudents, car ils sont plus conscients du risque économique en général et de l'emploi en particulier. Ce cocktail signifie que notre secteur subit des changements substantiels beaucoup plus rapides que prévu. (...) Cela accélérera encore la concentration au sein du secteur."

Sur le même sujet