Caddie, au bord de la faillite, cherche un repreneur. Les employés attendent encore leur salaire de décembre

Le CEO du groupe Caddie tente de rassurer et annonce ce mardi être à la recherche d'un repreneur, après avoir indiqué être en cessation de paiements.

Après s'être imposé dans les supermarchés, le groupe Caddie semble souffrir.
Après s'être imposé dans les supermarchés, le groupe Caddie semble souffrir. ©Shutterstock
A. Msc., avec AFP

Un "caddie" : le nom sonne anglais mais c'est un fabricant français qui se cache derrière. Ce dernier, en cessation de paiements, annonce ce mardi espérer trouver un repreneur pour pouvoir sortir de l'impasse. Le groupe a d'ailleurs été placé en redressement judiciaire dans la foulée de cette déclaration ce mardi.

Si le constructeur de chariots de supermarchés a réussi à s'imposer par le passé, au point que le mot "caddie" est devenu un nom commun en France et même en Belgique, les temps se font plus durs.

Le chiffre d'affaires a reculé de 22 à 17 millions d'euros entre 2019 et 2020 et la crise sanitaire liée au Covid-19 n'a pas favorisé les ventes. Groupe exportateur, Caddie a également souffert de l'explosion des prix des matières premières ainsi que des perturbations des chaînes d'approvisionnement.

"À ce jour, il n'y a personne qui se soit manifesté, mais on est juste au tout début de la procédure et pour moi il est évident qu'une belle maison comme Caddie va forcément attirer un industriel", a déclaré le CEO Stéphane Dedieu sur RMC.

La société basée à Dettwiller, en Alsace, s'est déclarée lundi en cessation de paiements en raison d'une accumulation de difficultés qui ont épuisé sa trésorerie. Une audience doit avoir lieu ce mardi matin devant la chambre commerciale du tribunal judiciaire de Saverne (Bas-Rhin) pour déterminer les conditions de sa mise en redressement judiciaire.

De plus, un cluster s'était déclaré dans l'entreprise l'année dernière et a perturbé la production, apprend-on sur Les Echos.

140 salariés attendent encore leur salaire de décembre

Une simple "passe" pour Stéphane Dedieu, qui assure avoir réorganisé le processus d'industrialisation et avoir "beaucoup d'arguments pour pouvoir continuer avec un nouveau repreneur".

En attendant, les quelque 140 salariés de la société, qui n'ont pas encore été payés pour le mois de décembre, "vont être payés cette semaine (...) normalement le 7 janvier, grâce à l'assurance garantie des salaires", a-t-il soutenu.

Le patron de la société nommée "Les Ateliers réunis Caddie", qui a inventé en 1928 le chariot métallique pour les grandes surfaces, a reconnu qu'il était de moins en moins utilisé en Europe en raison de changements d'habitudes des consommateurs mais qu'il restait un produit "nécessaire". "Vous ne pouvez pas vendre sans chariot, donc moi je crois quand même à une reprise", a-t-il déclaré.

La marque "Caddie" a connu la croissance avec l'essor de la société de consommation, avant de subir deux redressements judiciaires, en 2012 puis en 2014. Mais le groupe a échappé à la faillite.

À l'été 2020, la société détenue à 70 % depuis 2018 par le polonais Damix avait supprimé cinquante emplois et regroupé ses activités de production de chariots pour la grande distribution sur le seul site français de Dettwiller.

Sur le même sujet