Non, H&M ne jette pas les vêtements comportant une faute d'orthographe à la poubelle

La chaîne a tenu à réagir aux déclarations d'une employée.

Non, H&M ne jette pas les vêtements comportant une faute d'orthographe à la poubelle
©FLEMAL JEAN-LUC

Fin de semaine dernière, nous vous relayions cette information selon laquelle H&M était responsable d'un véritable scandale écologique. Tout est parti d'un témoignage d'une employée de la chaîne qui affirmait que des centaines de millieurs de pulls allaient être détruits à cause d'une faute d'orthographe.

"Cette semaine, on a reçu ce produit en grande quantité. La quantité de ces pulls que nous avons reçus, fois le nombre de magasins en France, Belgique et Luxembourg, égal le nombre de produits qui seront détruits", expliquait l'employée à Mr. Mondialisation, un média indépendant et gratuit, qui a relayé le désastre sur sa page Facebook. "Bien évidemment, nous devons les renvoyer pour qu'ils soient détruits. Sous le statut "to destroy". Je ne sais pas comment ce genre d'erreur peut encore arriver. Parce que, ok, les enfants qui ont cousu ça au Bangladesh ne se sont pas rendus compte de la faute d'orthographe (cynisme), mais il doit quand même bien y avoir une personne qui a validé ce produit, un traducteur, enfin je ne sais pas, je ne sais plus...", ajoutait-elle.

H&M a tenu à réagir à cette information et à démentir. La chaîne, qui assure que les cas de destruction sont infiniment rares, précise: "Les produits défectueux ne pouvant pas être vendus en magasin (parce qu'ils présentent de petits défauts - par exemple, une malfaçon détectée par notre département Qualité, des éléments dépareillés, des fermetures éclairs défectueuses, des fautes d'orthographe etc.), mais toujours portables et ne présentant aucun risque, sont donnés à une association. Pour H&M France, par exemple, la gestion des produits non vendables passe par notre département Qualité basé dans l'un de nos entrepôts logistiques situés en Belgique. Depuis plusieurs années déjà, notre entité logistique a un partenariat avec l'ASBL Les Petits Riens en Belgique (l'équivalent belge d'Emmaüs) pour le don de ces produits non vendables, mais utilisables. Les vêtements que nous donnons sont triés par L'ASBL Les Petits Riens, puis sont soit proposés à la vente à leur profit dans leur propre réseau de boutiques de seconde main (les fonds qu'ils récoltent ainsi leur permettent de financer leurs programmes sociaux), soit recyclés selon leur état."