Greenzy, le compost d’intérieur inodore et connecté : "C’est une sorte de fair-phone du compost"

La start-up, lancée par trois jeunes ingénieures, a développé un composteur d’intérieur connecté pour les ménages.

Greenzy, le compost d’intérieur inodore et connecté : "C’est une sorte de fair-phone du compost"

La start-up de la semaine

Un compost d’intérieur complètement inodore ? L’idée est séduisante mais paraît impossible. Pourtant, ça existe et ça s’appelle Greenzy. Créé par trois ingénieures tout juste sorties de l’école, le projet a commencé dans le cadre de leurs études à l’UCLouvain accompagnées de leurs professeurs, ingénieurs et bioingénieurs, ainsi que d’experts en start-up comme Startech, l’Yncubator et Cap Innove.

"L'idée est venue grâce à une expérience personnelle" , explique Adélaïde Biebuyck, cofondatrice et CEO de Greenzy. "Lorsqu'il fait froid ou qu'il pleut, ce n'est pas très agréable de se rendre à son compost ; on a donc imaginé un compost d'intérieur."

En plus d'être à l'intérieur et d'être sans odeurs grâce à une technique de compostage en présence d'oxygène, le compost fonctionne sans vers. "Et il est éco-designé" , précise Laeticia Dupret, CFO de Greenzy. Le produit est fabriqué en Europe et assemblé à Bruxelles avec des matériaux recyclés et recyclables. "Il est également facilement réparable avec des pièces détachées disponibles" , ajoute Laeticia Dupret. "C'est une sorte de fair-phone du compost."

Comment ça fonctionne ? "C'est assez simple" , expliquent les entrepreneuses. " Il suffit d'insérer les déchets organiques dans le composteur et tourner deux à trois fois la manivelle commune au broyeur et au mélangeur pour obtenir du terreau." Le compostage se fait en continu, ce qui permet de jeter les déchets organiques de cuisine en continu. "En deux mois, les déchets se transforment en terreau que vous pouvez régulièrement récupérer via la partie inférieure du composteur."

Plusieurs parties sont intégrées au composteur : un broyeur qui permet de réduire la taille des déchets, un mélangeur qui permet d’homogénéiser chaque couche en décomposition, un système tue mouche naturel réalisé avec du vinaigre et un système de ventilation avec un filtre à charbon pour éviter les odeurs.

Un compost connecté

Les trois entrepreneuses étudient toutes les possibilités pour leur public cible. Écoles, horeca, ménages… Il s'avère que les particuliers répondent à une majorité de critères. "Greenzy convient à un ménage de quatre personnes."

Le composteur est également connecté grâce à des capteurs de température et d'humidité de l'air. Ces capteurs permettent de monitorer le compost. "Si le compost est trop sec, vous recevez une notification via l'application qui vous explique qu'il faut ajouter un verre d'eau, par exemple." L'application permet également d'entrer en contact avec l'équipe en cas de problème.

Avant de lever des fonds, Adélaïde, Laeticia et Fiona participent à des concours et demandent des subsides. Elles sont notamment sacrées student start-up de l'année 2020. Pour poursuivre leur développement, elles lèvent au total 200 000 euros via Digital Attraxion et des investisseurs privés. Elles sont aussi subsidiées à hauteur de 100 000 euros par Be Circular. Alors qu'une prochaine levée de fonds est prévue pour industrialiser le produit, elles viennent également de boucler un crowdfunding qui leur a permis de récolter 55 010 euros, largement au-dessus de l'objectif fixé à 20 000 euros. "Nous avons réalisé 130 préventes via ce financement" , ajoute la CEO.

Depuis décembre, le composteur Greenzy est disponible en prévente sur le webshop à 499 euros, mais la commercialisation est prévue pour cette année. "On est déjà en contact avec des distributeurs" , précise Laeticia.

Active pour le moment en Belgique, Greenzy s'intéresse déjà à la France et aux pays voisins. "D'ici 2025, l'objectif est de toucher les pays limitrophes."