Le cours de Mithra augmente après l'annonce de résultats positifs d'un traitement pour les effets de la ménopause

Le cours de Mithra augmente de plus de 5 %, alors que la firme a annoncé poursuivre son étude clinique sur le traitement "Donesta". Le but de celui-ci est de diminuer les symptômes vasomoteurs endurés par les femmes ménopausées.

Les premiers résultats sont attendus pour la fin de l'année 2022 aux États-Unis et au Canada, et pour fin 2023 en Europe.
Les premiers résultats sont attendus pour la fin de l'année 2022 aux États-Unis et au Canada, et pour fin 2023 en Europe. ©BELGA
La Libre Eco

"2022 a merveilleusement bien commencé" s'exclame Leon Van Rompay, CEO de Mithra Women's Health, dans un communiqué publié ce vendredi. La firme pharmaceutique Mithra, spécialisée dans la santé féminine, annonce que les premiers résultats des études de phase 3 du traitement "Donesta" chez les femmes ménopausées sont positifs. À 9H40 (8H40 GMT), son cours augmentait de 5,96 %, à 21,350 euros.

La Phase 3 de l'étude clinique peut donc être poursuivie. "La ménopause dure en moyenne 7 ans et nécessite un traitement sûr à long terme capable d'agir sur les principaux symptômes impactant fortement la vie privée et professionnelle des femmes", commente Graham Dixon, CSO de Mithra Women's Health.

Donesta est un traitement hormonal, à base d'estetrol (E4), destiné aux femmes ménopausées, dans le but de diminuer "considérablement" les symptômes vasomoteurs (SVM), comme par exemple les bouffées de chaleur. Le programme clinique, lancé fin 2019, a été mené sur près de 2 300 femmes en Amérique du Nord et en Europe. Les résultats démontrent une baisse des SVM, tant en termes de fréquence que de sévérité.

Jusqu'à 80 % de bouffées de chaleur en moins

Après trois mois de traitement, la firme observe une diminution jusqu'à 80 % de la fréquence des bouffées de chaleur par rapport au début du traitement. Et elle continue de diminuer "semaine après semaine". La sévérité, elle, atteint jusqu'à 56 % de réduction.

"Ces premières données positives de phase 3 nous permettent de poursuivre avec confiance nos activités cliniques et réglementaires", poursuit Graham Dixon. "Nous attendons avec impatience les données de sécurité d'ici la fin de l'année, ainsi que les données supplémentaires sur tous les paramètres secondaires liés à la qualité de vie".

Le Comité d'experts indépendants du Data Safety Monitoring Board, lui, confirme le "profil de sécurité acceptable" de Donesta et "recommande de poursuivre le programme clinique de Phase 3 sans modification". Au total, les patientes suivent le traitement pendant 52 semaines.

Nonobstant l'évolution de la crise sanitaire, les premiers résultats sont attendus pour la fin de l'année 2022 aux États-Unis et au Canada, et pour fin 2023 en Europe. L'autorisation de mise sur le marché, elle, est espérée pour 2024.

CdC

Sur le même sujet