Le secteur des soins de santé, cible n°1 des cyberattaques

Alors que le nombre de cyberattaques en Belgique a augmenté de plus de 80 % en 2021, le secteur des soins de santé était deux fois ciblé que les autres.

Une entreprise ou une organisation en Belgique a été attaquée en moyenne 643 fois par semaine en 2021.
Une entreprise ou une organisation en Belgique a été attaquée en moyenne 643 fois par semaine en 2021. ©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Le nombre de cyberattaques contre des entreprises belges a augmenté de plus de 80 % l'année dernière, affirme Check Point, une société israélienne qui développe des logiciels de sécurité. Dans le secteur des soins de santé, les organisations elles-mêmes ont été ciblées plus de deux fois plus souvent.

Plus précisément, selon les chercheurs de Check Point, une entreprise ou une organisation en Belgique a été attaquée en moyenne 643 fois par semaine en 2021. Cela représente une augmentation de 81 % par rapport à 2020.

Les entreprises et organisations du secteur des soins de santé ont été particulièrement visées. En moyenne, une entreprise ou une organisation de ce secteur a été confrontée à 1 507 attaques par semaine (+124 %). Les entreprises proposant des services Internet (1 146 attaques en moyenne par semaine et par organisation, soit +133 %) et les entreprises du secteur des transports (738 attaques, soit +74 %) ont également été particulièrement visées.

De plus en plus de produits reliés à Internet

Il existe plusieurs explications à l'augmentation des cyberattaques. "Nous constatons que les vecteurs d'attaque (la façon dont les pirates pénètrent dans un système, ndlr) augmentent énormément, car de plus en plus de produits sont reliés à Internet. Cela crée des cibles supplémentaires pour le pirate", indique Zahier Madhar, ingénieur en sécurité chez Check Point Belgium, comme l'une des causes.

Un précédent rapport de Check Point a montré que dans la région EMEA - Europe, Moyen-Orient et Afrique - les attaques par botnet représentent la majorité des cyberattaques (27 % en 2020). Il s'agit d'infecter un ordinateur afin que des pirates puissent en prendre le contrôle, souvent en arrière-plan, et l'utiliser, par exemple, pour lancer une attaque de spam ou pour surcharger des serveurs (attaque DDoS). Les logiciels de rançon, qui permettent aux pirates de bloquer les ordinateurs et de demander une rançon, arrivent en cinquième position, représentant environ 5 % de toutes les cyberattaques.

Les statistiques de Check Point sont basées sur les données que la société collecte et analyse dans son application "ThreatCloud", qui surveille les menaces dans le monde entier en temps réel.

Sur le même sujet