Valorisation des gaz issus des décharges : les groupes TotalEnergies et Veolia signent un accord

L'objectif de ce partenariat : produire d'ici 2025 jusqu'à 1,5 térawattheure (TWh) de biométhane par an, issu de la fermentation de déchets organiques.

La Libre Eco avec AFP
TotalEnergies vise au moins 2 TWh de capacité de production annuelle d'ici 2025, France et étranger inclus, en s'associant à des partenaires.
TotalEnergies vise au moins 2 TWh de capacité de production annuelle d'ici 2025, France et étranger inclus, en s'associant à des partenaires. ©BELGA

TotalEnergies et Veolia ont annoncé ce mercredi la signature d'un accord visant à mieux valoriser le biogaz issu des sites de traitement de déchets et d'eaux usées exploités par Veolia dans une quinzaine de pays.

L'objectif : produire d'ici 2025 jusqu'à 1,5 térawattheure (TWh) de biométhane par an, issu de la fermentation de déchets organiques, ce qui représente l'équivalent de la consommation annuelle moyenne de gaz naturel de 500 000 habitants.

Le biométhane produit sera collecté, purifié et commercialisé par TotalEnergies, soit comme carburant pour transports lourds, soit pour injection dans les réseaux de gaz locaux.

Un dealdonnant-donnant

Veolia dispose au niveau mondial "d'un gisement global de biogaz supérieur à 6 TWh d'énergie primaire", selon sa directrice générale adjointe Estelle Brachlianoff : le groupe "vise à développer davantage de capacités de production d'énergie verte décentralisée et locale".

Quant à TotalEnergies, qui cherche à se transformer en "compagnie multi-énergies", il affiche en France près de 500 GWh de capacité de production de biométhane. Il vise au moins 2 TWh annuels d'ici 2025, France et étranger inclus, en s'associant à des partenaires, par exemple Clean Energy aux Etats-Unis. Pour 2030, il vise 6 TWh.

Pour ce partenariat entre les deux géants français, aucun chiffre, notamment d'investissement, n'a été livré. L'idée est de "combiner les forces pour accélérer", indique-t-on.

Pour lutter contre le réchauffement climatique, la France par exemple s'est fixé un objectif de 10 % de biogaz en 2030 (soit 39 à 42 TWh). Mais avec une capacité de production de biométhane de 3,9 TWh à fin 2020, on en est encore loin, quand la consommation de gaz du pays a atteint 445 TWh cette année-là, selon le dernier bilan de GRTgaz.