AGC souhaite fermer son site de Fleurus fin 2023 : le personnel en grève jusqu'à lundi

187 travailleurs seraient sont concernés par cette fermeture. Au cours d'une assemblée générale organisée en ce début d'après-midi, le personnel a décidé de se mettre en grève jusqu'à lundi.

La Libre Eco avec Belga

Le groupe AGC a annoncé ce matin lors d’un CE Extraordinaire son intention de fermeture du site de Fleurus fin 2023, nous apprend la FGTB par voie de communiqué ce mercredi.

" Cette décision concerne 187 travailleurs dont 135 ouvriers en CDI, 14 ouvriers en CDD, 36 employés/cadres en CDI et 2 employés en CDD ", précise le syndicat. " Nous ne pouvons pas accepter cette décision ! "

Restructuration en cours de négociation

Une restructuration avait été annoncée en septembre dernier - la cinquième depuis Splintex en 2004 - et était toujours en cours de négociation. La procédure Renault allait rentrer dans sa deuxième phase, pour se pencher sur le volet social.

En décembre, la direction aurait demandé de suspendre les discussions.

" Les travailleurs de Fleurus ont depuis 2004 toujours été cités en exemple, tant en matière d'hyper flexibilité, que de capacité d'adaptation, mais force est de constater, encore une fois, que cela n'aura servi à rien ! ", s'indigne la FGTB. " Dans la mesure où AGC est un grand groupe mondial qui continue à faire des bénéfices et qu'il distribue des dividendes à ses actionnaires, la sentence qui est tombée aujourd'hui est une gifle que les travailleurs d'AGC Fleurus ne pouvaient pas imaginer. "

Course à la concurrence

" Les grands groupes verriers en Europe suppriment des lignes de production et pratiquent une politique de prix bas afin d'être plus concurrentiels. À la suite de la diminution de la rentabilité, aggravée par la hausse des prix de l'énergie, ce sont finalement les travailleurs qui sont les victimes de cette concurrence effrénée ", déplore de son côté Luca Baldan, responsable sectoriel à la CSC bâtiment - industrie & énergie (CSC BIE). " En outre, de plus en plus d'activités sont délocalisées vers des pays où l'énergie et la main-d'œuvre sont moins chères, notamment à l'Est et en Chine. "

" L'annonce de ce jour est clairement une insulte aux efforts fournis par les travailleurs depuis des décennies ! Depuis plus de 20 ans, les travailleurs d'AGC Fleurus ont répondu à toutes les demandes de flexibilité et d'adaptation aux marchés des actionnaires ", estime la FGTB.

Réaction politique

Dans un tweet, le ministre-président wallon Elio Di Rupo a annoncé que le gouvernement wallon va prendre contact avec les syndicats et la direction pour faire le point sur la situation. " Nous mettrons tout en oeuvre pour soutenir nos travailleurs ", a-t-il dit.

-> Relire notre dossier spécial sur l'industrie wallonne, "Se transformer pour survivre" , et la partie consacrée au groupe AGC Glass Europe.