Après avoir laissé filer des fleurons comme Electrabel ou Fortis Banque... L’État belge veut-il à nouveau jouer son rôle d'actionnaire qu'il a tant négligé ?

Assiste-t-on au réveil de l’État belge actionnaire ?

Après avoir laissé filer des fleurons comme Electrabel ou Fortis Banque... L’État belge veut-il à nouveau jouer son rôle d'actionnaire qu'il a tant négligé ?
©Shutterstock
Après avoir laissé filer quelques fleurons comme Electrabel (repris par Engie), PetroFina (dans le giron de Total) ou Fortis Banque (racheté par BNP Paribas), l’État belge veut-il à nouveau jouer un rôle qu’il avait négligé pendant de nombreuses...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité