La start-up eDock a créé le parking malin pour vélos et trottinettes électriques

La start-up namuroise eDock entame la production et la commercialisation d’une station de “e-parking” multimodale et universelle.

Sébastien et Christophe Peeters.
Sébastien et Christophe Peeters avec un prototype de la station eDock. ©edock

Libre Eco week-end

Sébastien et Christophe Peeters, fondateurs de la start-up eDock, baignent dans le secteur de l'automobile depuis leur enfance. Et pour cause : ils sont les fils de Michel Peeters, concessionnaire bien connu des clients du sud de Bruxelles et du Brabant wallon, de la marque Opel. "Nous avons travaillé tous les deux au sein de l'entreprise familiale", raconte Christophe, le cadet âgé de 35 ans. L'aventure, étalée sur trois générations, s'est arrêtée en septembre 2019 avec la reprise de l'activité par le groupe Ginion. "Nous étions devenus assez sceptiques sur l'avenir de la distribution automobile en Belgique. On a préféré céder les trois concessions qu'on possédait."

Les deux frères n'ont pas mis longtemps à rebondir. Sur le terrain de la mobilité, toujours, mais en mode "micro" ou "douce". "On a lancé le projet eDock en octobre 2019, reprend Christophe Peeters. On a pris le temps de bien identifier la problématique à laquelle on voulait apporter une solution. La société a été créée fin 2020." La problématique ? Proposer, aux adeptes et propriétaires de vélos ou trottinettes électriques, une solution de "e-parking" qui soit à la fois sûre, multimodale et universelle.

Les deux fondateurs d'eDock sont partis d'un constat : pour stimuler la micro-mobilité, il convient d'offrir aux usagers une infrastructure répondant à leurs besoins. "Beaucoup de personnes n'utilisent pas leur vélo ou leur trottinette électrique par crainte du vol et par manque d'emplacements de parking sécurisés", expose Christophe Peeters.

La start-up, dont le siège se trouve à Namur, a fait le choix de développer une solution adaptée aux usagers qui ont leur propre vélo ou trottinette électrique. EDock ne cible donc pas les adeptes de la micro-mobilité partagée. "Notre cible, ce sont les facility managers d'entreprises, qui veulent proposer ce type de service à leurs employés, et les commerces. La première station eDock sera installée en avril au Delhaize Reyers, à Bruxelles."

Coup d’envoi de la production et de la commercialisation

Par rapport aux solutions existantes (dont celle de Bikeep qui commence à être déployée en Belgique), eDock peut faire valoir deux atouts majeurs. Un : elle est multimodale, c’est-à-dire : la station accepte aussi bien les vélos que les trottinettes électriques (jusqu’à 8 emplacements sur une même station). Deux : elle est universelle en termes de recharge. Autrement dit, elle accepte (quasiment) tous les types de câble pour recharger une batterie. Pour les trottinettes, eDock est compatible avec les marques Xiaomi et Segway ; pour les vélos, il s’agit de Bosch et Shimano. Pour le surplus, eDock garantit évidemment la sécurité (via un système de cadenas au niveau du cadre) et offre une application mobile (pour réserver, verrouiller et déverrouiller un emplacement).

Accompagnée par l'AECC (l'accélérateur de l'A6K, à Charleroi, qui aide les projets actifs dans les sciences de l'ingénieur) et soutenue par la Région wallonne, eDock a sorti un premier prototype en septembre dernier. La start-up a pu obtenir, dans la foulée, un financement de 100 000 euros auprès du fonds d'amorçage Boost Engineering Fund. "Ce financement permet de lancer la production d'une première série de stations, dit Christophe Peeters. Notre objectif est de vendre entre 5 et 10 stations eDock d'ici le mois de septembre. En fonction des résultats, nous ferons alors une première levée de fonds."

La start-up a développé une proposition de valeur a priori attractive pour les entreprises. C’est un modèle d’IaaS (Infrastructure-as-a-Service) qui permet de convertir l’emplacement prévu, au sein d’un parking privé, pour une voiture en huit emplacements pour vélos et/ou trottinettes électriques. Moyennant un coût d’installation de 450 euros, le contrat pour ces huit emplacements revient à 2 euros par jour et par place. Avec déductibilité fiscale de l’investissement à la clé.

En bref

Société: eDock a été fondée en décembre 2020 par Christophe et Sébastien Peeters.

Investisseurs: Boosting Engineering Fund (Sambrinvest, Eebic, ULB Dev, Duferco et Fidic).

Site: https://www.edock.be

Particularité: pour développer et fabriquer sa station eDock, la start-up a travaillé avec des partenaires locaux (Mad Brussels, 1Point61, Trakk, Garnimetal…).