Nord Stream 2 : Wintershall DEA fait une croix sur son investissement d'un milliard d'euros

Le groupe va par ailleurs "suspendre à effet immédiat les paiements envers la Russie".

La Libre Eco avec Belga
L'énergéticien Wintershall Dea refuse également tout nouveau projet en Russie.
L'énergéticien Wintershall Dea refuse également tout nouveau projet en Russie. ©BELGA

L'énergéticien Wintershall Dea, un des groupes allemands impliqués dans le gazoduc Nord Stream II, a annoncé mercredi passer dans ses pertes son investissement d'un milliard d'euros dans le projet gelé sine die, refusant également tout nouveau projet en Russie.

La direction "a décidé de ne pas avancer ou mettre en oeuvre de nouveaux projets de production de gaz et de pétrole en Russie et de comptabiliser une dépréciation d'un montant total d'environ un milliard d'euros pour son financement de Nord Stream 2", selon un communiqué.

Le groupe va par ailleurs "suspendre à effet immédiat les paiements envers la Russie".

Un projet controversé

Après avoir soutenu ce chantier pharaonique depuis le début, l'Allemagne a fini par céder la semaine passée en suspendant le gazoduc germano-russe controversé, à la suite de la reconnaissance par Moscou de provinces ukrainiennes prorusses avant l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Le gazoduc relie la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique, en contournant donc l'Ukraine. Il est achevé, mais n'a encore jamais été mis en service.

Wintershall DEA est l'un des cinq groupes à avoir cofinancé cet équipement géré par le russe Gazprom, propriétaire de Nord Stream, aux côtés de Shell, de l'allemand Uniper, du français Engie et de l'autrichien OMV.

Wintershall reste engagée dans la société Gascade, gestionnaire de gazoducs en Allemagne dont Gazprom est actionnaire, et dans deux exploitations de gaz en Sibérie.