Propulsé par ses activités de défense, le bénéfice net de Thales bondit de 125 % en 2021

Au total, les trois quarts du carnet de commandes de 34,7 milliards d'euros du groupe relèvent de la défense.

La Libre Eco avec Belga
Propulsé par ses activités de défense, le bénéfice net de Thales bondit de 125 % en 2021
©AFP

Thales a plus que doublé son bénéfice net en 2021, à 1,1 milliard d'euros (+125 %), porté par ses activités de défense dont le carnet de commandes atteint un niveau record, a annoncé jeudi le groupe français. Le groupe de technologie et de défense a vu son chiffre d'affaires croître de 5,2 %, à 16,1 milliards d'euros et ses prises de commandes s'envoler de 18 %.

Si une dépréciation d'actifs en 2020 avait contribué à la chute du bénéfice net, le rebond tient beaucoup à la rentabilité de l'activité défense et sécurité. Celle-ci représente un peu plus de la moitié du chiffre d'affaires du groupe, mais assure les deux tiers de son bénéfice opérationnel.

"Huit des 14 lignes de produits du secteur enregistrent une croissance à deux chiffres, incluant notamment les activités dans les systèmes intégrés pour la protection de l'espace aérien, les systèmes sous marins, les solutions de cyberdéfense et les réseaux et systèmes d'infrastructure", affirme le groupe dans un communiqué.

Les nouveaux contrats glanés en 2021 s'élèvent à 19,8 milliards d'euros (+18%).

"Le groupe réalise la meilleure performance de son histoire du point de vue commercial", se félicite son PDG Patrice Caine.

Renforcement possible en cybersécurité

Les activités d'aéronautique civile, en convalescence après avoir été foudroyées par la pandémie, et spatiale ont bondi de 47 % mais ce sont bien les activités de défense et sécurité, en hausse de 13 % à 11,2 milliards d'euros, qui en constituent l'ossature.

Sur les 22 "grands contrats" de plus de 100 millions d'euros gagnés par le groupe en 2021, 13 touchent à la défense, dont "deux majeurs" liés aux systèmes de surveillance du ciel français et à la fourniture de 30 avions de combat Rafale supplémentaires à l'Egypte.

Les prises de commandes des activités d'identité et sécurité numérique (cybersécurité, documents biométriques) sont elles en baisse de 1 %.

Thales, à qui des rumeurs de marché prêtent par ailleurs un intérêt pour les activités de cybersécurité du groupe français Atos en difficulté, n'exclut pas de se renforcer dans ses activités."Le cyber en fait partie mais il n'y a pas que le cyber qui nous intéresse", a affirmé Patrice Caine lors d'une conférence téléphonique, disant "se focaliser sur des investissements allant jusqu'à 500 millions d'euros de valeur d'entreprise".

Les activités de systèmes ferroviaires, en cours de cession au japonais Hitachi et considérées comme des activités non poursuivies, ont réalisé un chiffre d'affaires de 1,7 milliard d'euros en 2021, en hausse de 3%.

Le groupe table pour 2022 sur un chiffre d'affaires compris entre 16,6 et 17,2 milliards d'euros et une marge opérationnelle entre 10,8 et 11,1 %.