Volkswagen stoppe ses exportations vers la Russie, Spotify ferme ses bureaux sur place

Nouvelle salve d'annonces d'entreprises concernant leurs activités en Russie.

La Libre Eco avec AFP et Belga
Volkswagen stoppe ses exportations vers la Russie, Spotify ferme ses bureaux sur place
©DPA

Voici les dernières entreprises ayant annoncé la fin totale ou partielle de leurs activités en Russie, en représailles de l'invasion de l'Ukraine.

Volkswagen

Le constructeur automobile allemand Volkswagen a annoncé l'arrêt, jusqu'à nouvel ordre, de sa production de véhicules en Russie. Le géant aux 12 marques va également arrêter d'exporter vers la Fédération de Russie, en raison de la guerre en Ukraine.

Spotify

Le géant de la musique en streaming Spotify a annoncé la fermeture de ses bureaux en Russie et le retrait des contenus sponsorisés par l'Etat russe de son site. Cette décision est une réponse à "l'attaque non provoquée contre l'Ukraine", a expliqué Spotify dans un communiqué.

"Nous avons fermé nos bureaux en Russie jusqu'à nouvel ordre", a annoncé l'entreprise basée à Stockholm et cotée à New York.

Par ailleurs, le site de streaming a dit avoir examiné "des milliers d'épisodes de podcast depuis le début de la guerre" et limité la possibilité de trouver des podcasts détenus ou exploités par des médias liés à l'Etat russe. Spotify a précisé qu'il avait retiré en début de semaine tous les contenus venant des médias RT et Sputnik en Union européenne et sur d'autres marchés.

L'entreprise maintient son service ouvert aux utilisateurs russes. "Nous pensons qu'il est de la plus haute importance que notre service soit disponible en Russie afin de permettre une circulation mondiale de l'information", a estimé Spotify.

Ikea

De son côté, le géant suédois de l'ameublement Ikea a annoncé la suspension de ses activités en Russie et en Biélorussie, affectant près de 15 000 employés, 17 magasins et trois sites de production.

"La guerre a un énorme impact humain et se traduit aussi par des perturbations graves de la chaîne de production et de commerce, raisons pour lesquelles les sociétés du groupe ont décidé de suspendre temporairement les activités d'Ikea en Russie", indique le groupe dans un communiqué adressé à l'AFP, mentionnant aussi une suspension en Biélorussie.

Toyota

Le géant automobile mondial Toyota a annoncé la suspension "jusqu'à nouvel ordre" de sa production en Russie à partir de vendredi, ainsi que ses importations dans le pays, invoquant des "perturbations de la chaîne d'approvisionnement" liées au conflit russo-ukrainien. Son usine de Saint-Pétersbourg a produit 80 000 véhicules l'an dernier, essentiellement pour le marché local, et emploie "environ 2 600 personnes", a précisé à l'AFP une porte-parole de Toyota, dont les ventes en Russie sont marginales à l'échelle du groupe.

Les "perturbations de la chaîne d'approvisionnement" évoquées par le groupe dans un communiqué sont liées à l'invasion de l'Ukraine par Moscou et aux sanctions internationales qui se sont abattues depuis sur la Russie, a confirmé cette porte-parole. Toyota a déclaré dans son communiqué "suivre les développements en cours en Ukraine avec une grande inquiétude pour la sécurité de la population ukrainienne" et "espérer un retour à la paix le plus rapidement possible".

"En tant que société ayant des activités en Ukraine et en Russie, notre priorité dans la gestion de cette crise est d'assurer la sécurité de tous les membres de notre équipe, du personnel des détaillants et des partenaires de la chaîne d'approvisionnement", a ajouté le groupe.

"Les autres opérations de production et de vente dans le reste de l'Europe ne sont pas affectées", a-t-il précisé.

D'autres constructeurs automobiles japonais, dont Honda et Mazda, ont temporairement cessé d'exporter des véhicules ou pièces détachées vers la Russie du fait des sanctions internationales contre Moscou, selon les médias locaux.