Microsoft, Hermès, Michelin, Swatch... Les entreprises continuent à isoler la Russie

À l'inverse du groupe de luxe Hermès, les boutiques russes de l'horloger suisse Swatch, elles, restent ouvertes.

La Libre Eco avec Belga
La Russie représenterait environ 2 à 3 % des ventes de Swatch.
La Russie représenterait environ 2 à 3 % des ventes de Swatch. ©BELGA

L'horloger suisse Swatch, qui possède également des marques telles que Omega, Longines et Tissot, cesse d'exporter des produits vers la Russie. Toutefois, les boutiques russes du groupe restent ouvertes. "Nous suivons la situation de très près", a déclaré M. Swatch. "Actuellement, nous avons mis en attente toutes nos exportations vers la Russie, en raison de la situation difficile". Toutes les activités en Russie se poursuivent, les employés travaillent et "nos boutiques dans le pays restent ouvertes", précise-t-elle.

Selon un analyste de Vontobel, la Russie représenterait environ 2 à 3 % des ventes de Swatch. Le groupe lui-même ne communique pas à ce sujet.

Hermès

Le groupe de luxe Hermès, "très préoccupé par la situation actuelle en Europe", a décidé de "fermer temporairement" ses magasins en Russie et de mettre en pause ses activités commerciales à partir de vendredi soir, a-t-il annoncé sur sa page LinkedIn.

"C'est avec regret que nous avons décidé de fermer temporairement nos magasins en Russie et de mettre en pause toutes nos activités commerciales à compter du 4 mars au soir", écrit le groupe français sur sa page LinkedIn. "Nous allons continuer à soutenir nos équipes sur place".

Le groupe compte trois magasins en Russie, dont l'un au sein de la célèbre galerie marchande Goum, sur la Place rouge, et emploie une soixantaine de personnes dans le pays.

Lors de la publication de ses résultats le 18 février, Hermès indiquait par ailleurs prévoir l'ouverture d'un magasin à Saint-Pétersbourg en 2022. Elle est désormais "reportée sine die", précise-t-il.

Plusieurs entreprises internationales ont déjà annoncé la suspension de leur activité dans le pays, notamment le géant suédois de l'ameublement Ikea qui expliquait jeudi à l'AFP que "la guerre a un énorme impact humain et se traduit aussi par des perturbations graves de la chaîne de production et de commerce".

Parmi les autres groupes qui suspendent leur activité en Russie à la suite de l'invasion de l'Ukraine, figurent celui de micro-processeurs Intel, la plateforme de locations touristiques Airbnb, le pétrolier ExxonMobil ou encore Apple, Boeing et Ford.

Microsoft

Le géant américain de l'informatique Microsoft a aussi annoncé suspendre toute nouvelle vente de ses produits et services en Russie, rejoignant la longue liste des entreprises se désengageant au moins temporairement du pays après l'invasion russe de l'Ukraine.

"Comme le reste du monde, nous sommes horrifiés, outrés et attristés par les images et les informations qui nous parviennent de la guerre en Ukraine et condamnons cette invasion injustifiée, non provoquée et illégale par la Russie", a déclaré Brad Smith, le président de Microsoft dans un communiqué.

Michelin

À son tour, le guide gastronomique Michelin, la bible gastronomique mondiale, a annoncé aujourd'hui qu'il suspendait ses activités en Russie. La décision du retrait a une valeur symbolique: la remise en octobre dernier pour la première fois des étoiles à neufs restaurants de Moscou était un sacre international de la gastronomie russe, longtemps dédaignée par les palais raffinés.

"Compte tenu de la gravité de la crise actuelle, les équipes du guide Michelin ont été amenées à prendre la décision de suspendre toute activité de recommandation de restaurants en Russie", indique le guide rouge dans un communiqué.

"Nous avons fait le choix de ne pas promouvoir la destination Moscou", souligne le guide. Il n'y aura pas de mise à jour de la sélection Moscou cette année et les publications relatives aux restaurants de la sélection moscovite sur les réseaux et sur l'application seront également suspendues.