Voici la liste des entreprises occidentales qui pourraient être nationalisées par la Russie

Ces entreprises se sont retirées du pays en raison de la guerre en Ukraine, selon le Kremlin, sans donner de garanties aux consommateurs.

La Libre Eco avec Belga
Voici la liste des entreprises occidentales qui pourraient être nationalisées par la Russie
©Shutterstock

La Russie a dressé une liste des entreprises occidentales qui pourraient être nationalisées. La liste de 59 noms comprend la société pétrolière et gazière Shell, les constructeurs automobiles Volkswagen et Toyota, et le magasin de meubles Ikea, rapporte l'agence de presse russe Izvestia.

Ces entreprises se sont retirées du pays en raison de la guerre en Ukraine, selon le Kremlin, sans donner de garanties aux consommateurs.

La liste pourra encore être étendue à d'autres entreprises, a déclaré Oleg Pavlov, de l'Initiative des consommateurs publics.

Auparavant, le gouvernement de Moscou avait adopté un projet de loi visant à mettre sous tutelle les entreprises détenues à plus de 25 % par des étrangers issus de "nations hostiles". Les entreprises peuvent éviter la mise sous séquestre en reprenant leurs activités ou en vendant leurs actions dans les cinq jours suivant l'annonce, a déclaré précédemment Russie Unie, le parti du président Vladimir Poutine. Cependant, les activités et les employés doivent être conservés.

Si ce n'est pas le cas, un conseil d'administration temporaire sera nommé par un juge pour trois mois et les actifs et activités de la société seront transférés à une nouvelle société. Au terme de ces trois mois, les actions des nouvelles organisations sont ensuite vendues aux enchères. Un arrangement similaire pourrait être fait pour les entreprises de cette liste.