"Une arrogance incroyable" : le gouvernement britannique demande la démission du patron de P&O

Le gouvernement britannique avait indiqué mercredi qu'il allait engager des poursuites judiciaires contre P&O après le licenciement des 800 marins.

La Libre Eco avec Belga
"Ce que le patron de P&O a dit au sujet de contrevenir sciemment à la loi était éhonté", a déclaré le ministre des Transports, Grant Shapps.
"Ce que le patron de P&O a dit au sujet de contrevenir sciemment à la loi était éhonté", a déclaré le ministre des Transports, Grant Shapps. ©AFP

Le gouvernement britannique a indiqué qu'il prévoyait un changement de législation pour forcer la compagnie de ferrys P&O à faire "marche arrière" après le licenciement brutal de 800 marins dont les remplaçants seront payés très en-dessous du salaire minimum. L'exécutif a également appelé à la démission du patron de P&O, Peter Hebblethwaite, au lendemain d'une audition parlementaire où ce dernier a admis que la direction avait choisi de ne pas lancer de consultations préalables, contrairement à la législation britannique, parce qu'elle savait que son plan était inacceptable pour les syndicats.

"Ce que le patron de P&O a dit hier (jeudi) au sujet de contrevenir sciemment à la loi était éhonté, à couper le souffle, et témoignait d'une arrogance incroyable, et je pense qu'il ne peut pas rester en fonction", a déclaré le ministre des Transports, Grant Shapps, sur la chaîne Sky News.

Il a précisé qu'il comptait présenter la semaine prochaine au Parlement "un train de mesures" pour "éliminer toutes les failles" de la législation actuelle et assurer que les compagnies de ferrys travaillant avec des ports britanniques paient le salaire minimum - et ainsi "forcer (P&O) à faire marche arrière".

Les nouveaux marins employés par P&O, qui remplaceront les 800 renvoyés brusquement le 17 mars, toucheront 5,5 livres (6,6 euros) par heure, soit bien moins que le salaire minimum britannique, selon le patron de la compagnie de ferries.

"Nous ne pouvons avoir des gens travaillant depuis les ports britanniques desservant des routes régulières entre ici et la France, ou ici et la Hollande, ou ailleurs, et ne payant pas le salaire minimum. C'est simplement inacceptable et nous (les) forceront à changer ça", a insisté Grant Shapps."Mon message à P&O est simple: leurs combines ne vont pas marcher. Nous allons les obliger légalement à faire marche arrière. Ils feraient bien de commencer maintenant."

Le salaire minimal est actuellement de 8,91 livres au Royaume-Uni pour les plus de 23 ans, et 6,56 pour les jeunes âgés de 18 à 20 ans. Il va augmenter au 1er avril.